Les cinq prochaines étapes pour le pipeline Trans Mountain

OTTAWA — Le gouvernement fédéral a annoncé mardi avoir l’intention d’allonger 4,5 milliards $ pour racheter le pipeline Trans Mountain et la plupart des autres actifs de son propriétaire actuel, Kinder Morgan Canada, afin de s’assurer que le projet d’expansion de l’oléoduc aille de l’avant. Voici cinq étapes à venir dans ce dossier.

 

1. Dénicher un acheteur. Kinder Morgan Canada et le gouvernement fédéral passeront les huit prochaines semaines à essayer de trouver un autre acheteur pour le pipeline. Kinder Morgan a accepté de participer au marketing du projet; Ottawa veut éviter de devenir propriétaire d’un pipeline, dans la mesure du possible.

2. Entreprendre la construction. Kinder Morgan va commencer la construction du pipeline comme prévu cet été, Ottawa fournissant des garanties de prêts pour tout l’argent que l’entreprise va allonger pour le projet d’ici à la vente du pipeline. Les coûts de construction à venir seront inclus dans le prix de vente de 4,5 milliards $ si aucun acheteur n’est trouvé.

3. Demander l’approbation des actionnaires. Si aucun nouvel acheteur n’est déniché avant le 22 juillet, Kinder Morgan soumettra l’offre de 4,5 milliards $ du Canada au vote de ses actionnaires avant la fin de juillet. Si les actionnaires approuvent la vente, la transaction sera conclue en août ou en septembre. L’achat permettra au Canada d’acheter le pipeline existant, le terminal maritime Westridge à Burnaby, en Colombie-Britannique, ainsi que des stations de pompage et des droits de passage le long de la canalisation. Si le Canada achète le pipeline, il acquerra également le personnel nécessaire pour poursuivre la construction — soit plusieurs centaines de personnes, des cadres et dirigeants aux employés de la construction.

4. Création d’une nouvelle société d’État. Exportation et développement Canada (EDC) financera le plan et créera une société d’État pour gérer et gérer le pipeline pendant la période où le Canada en sera le propriétaire. La Couronne fera appel à l’expertise et la gestion des employés acquis de Kinder Morgan pour construire le pipeline. Le ministre des Finances, Bill Morneau, croit que l’autorité du Canada en ce qui a trait à la construction du pipeline sera en mesure de surmonter toute résistance, que ce soit celle des manifestants ou celle du gouvernement de la Colombie-Britannique.

5. Surveiller les futurs investisseurs. Pendant ou après la construction du projet d’expansion, qui devrait s’étaler sur environ deux ans et demi, le Canada surveillera les marchés et cherchera de futurs investisseurs intéressés à entreprendre l’ensemble du projet une fois qu’il sera terminé. Le plan à long terme du Canada consiste à financer les coûts de construction à l’aide de l’argent recueilli grâce aux contrats conclus avec les producteurs de pétrole pour transporter leur pétrole et à récupérer son investissement au moyen d’une éventuelle vente.