Les Communes adoptent la motion des conservateurs sur Huawei et la 5G

OTTAWA — Le vote de tous les partis de l’opposition a permis l’adoption aux Communes de la motion conservatrice qui demande au gouvernement libéral de se montrer plus ferme face aux «menaces à la sécurité nationale» posées par la Chine.

La motion, parrainée par le porte-parole conservateur en matière d’affaires étrangères, Michael Chong, a été adoptée par 179 voix contre 146. 

Elle demande au gouvernement de décider dans les 30 jours d’autoriser ou non la société chinoise Huawei Technologies à fournir ses équipements pour les réseaux sans fil 5G au Canada.

La motion demande également au gouvernement de déposer dans les 30 jours «un plan robuste, comme l’a fait l’Australie, pour lutter contre l’ingérence de plus en plus forte de la Chine au Canada et l’intimidation sans cesse croissante des Canadiens vivant au Canada».

Le gouvernement libéral n’a toujours pas décidé quelles entreprises pourront vendre des équipements pour les fournisseurs des futurs réseaux 5G au Canada.

La Chine a emprisonné il y a deux ans deux Canadiens, Michael Kovrig et Michael Spavor, en représailles apparentes à l’arrestation, par la police fédérale canadienne, de la dirigeante de Huawei Meng Wanzhou, à la demande des États-Unis. 

La Chine reproche à l’administration de Donald Trump d’avoir tenté de salir la réputation de Huawei en ciblant Mme Meng. Le Canada, qui a exécuté le mandat d’extradition américain à l’aéroport de Vancouver, se trouve ainsi coincé au milieu d’une guerre commerciale entre les deux grandes puissances économiques mondiales.

Les États-Unis affirment que Huawei est une branche d’espionnage de l’armée chinoise, ce que nie l’entreprise. La Maison-Blanche a exhorté le Canada et ses alliés occidentaux à ne pas utiliser la technologie de Huawei.

Laisser un commentaire