Les Communes rendent hommage à l’ex-premier ministre John Turner, décédé samedi

OTTAWA — Justin Trudeau a déclaré jeudi que l’ancien premier ministre libéral John Turner était un homme qui savait que les Canadiens devaient travailler dur pour la démocratie, qui ne devrait jamais être tenue pour acquise.

Le premier ministre et les représentants des autres partis politiques ont rendu hommage jeudi aux Communes à M. Turner, décédé samedi à l’âge de 91 ans.

M. Trudeau, qui dit avoir connu John Turner toute sa vie, a salué le parlementaire, l’ardent défenseur de l’égalité et le champion de la démocratie. «Il avait l’habitude de dire que la démocratie n’est pas le fruit du hasard: il avait raison», a déclaré M. Trudeau. «John savait que maintenir notre démocratie forte et libre signifiait que nous devions faire un travail acharné pour que cela reste ainsi.»

Le premier ministre a invité les Canadiens à célébrer l’héritage de John Turner en signant le livre virtuel de condoléances.

John Napier Turner a été premier ministre du Canada pendant 79 jours, en 1984, mais il a consacré trois décennies à la vie publique, notamment à titre de ministre des Finances et ministre de la Justice, et chef des libéraux dans l’opposition.

Pour la cheffe adjointe des conservateurs, Candice Bergen, il ressort clairement, des histoires à son sujet, que M. Turner se souciait des Canadiens, pas seulement de ceux qu’il rencontrait dans les coulisses du pouvoir. «Les anecdotes entendues cette semaine se sont déroulées dans des avions, des tavernes, des sous-sols d’églises et des cafés — des histoires d’un homme qui a pris le temps de connaître l’histoire des gens et de se souvenir de leur nom», a-t-elle déclaré.

La whip du Bloc québécois, Claude DeBellefeuille, a rappelé comment, pendant son mandat de ministre de la Justice dans le gouvernement libéral de Pierre Elliott Trudeau, M. Turner avait participé à la décriminalisation de l’avortement et de l’homosexualité au Canada. Elle a par ailleurs rappelé que M. Turner avait aussi participé à l’imposition de la Loi sur les mesures de guerre pendant la crise d’Octobre en 1970, une décision très controversée au Québec. Mais elle a aussi souligné que M. Turner déplorait que le Québec n’ait pas adhéré à la réforme constitutionnelle de 1982.

Le leader parlementaire du Nouveau Parti démocratique, Peter Julian, a raconté comment son père avait été inspiré par le chef libéral Turner pour être candidat libéral aux élections de 1984. «Cette inspiration que John Turner a développée et insufflée chez tant de Canadiens vit encore aujourd’hui», a-t-il déclaré.

Elizabeth May, leader parlementaire du Parti vert, portait jeudi du rouge en son honneur. Elle a soutenu que M. Turner donnait de l’importance aux députés d’arrière-ban et s’était battu contre la centralisation des pouvoirs au cabinet du premier ministre.

Des funérailles d’État, qui ne seront pas ouvertes au public en raison de la pandémie, auront lieu le 6 octobre à la basilique-cathédrale St. Michael’s, à Toronto.

Laisser un commentaire
Les plus populaires