Les criminels seront bannis des casinos, tranche Québec

MONTRÉAL — Les joueurs qui exercent des activités criminelles ne sont plus les bienvenus dans les casinos et les salons de jeux, a annoncé Québec en rendant public vendredi un rapport d’une firme de vérification externe.

Le ministre des Finances, Eric Girard, avait annoncé à la fin novembre qu’un «audit indépendant» serait mené quant à la fréquentation du Casino de Montréal par des membres du crime organisé, à la suite de reportages dans les médias qui révélaient que certains d’entre eux étaient même traités aux petits oignons.

Québec affirme qu’il évaluera les recommandations et mettra en oeuvre celles qui seront retenues. Il confirme cependant que certains «contrôles proposés» seront mis en place «afin d’appliquer les meilleures pratiques en la matière».

Selon le ministre, le rapport «confirme que les procédures en vigueur chez Loto-Québec sont solides» et ajoute que «les allégations» rapportées dans les médias sont «manifestement liées à des événements passés et ne reflètent pas la situation actuelle».

La firme Deloitte précise tout de même qu’elle n’avait pas pour mandat de «faire la lumière» sur des événements ou incidents passés et énumère pas moins de 39 recommandations.

Québec précise qu’il «adhère» aux recommandations d’adopter une politique ou un processus pour suspendre les joueurs ayant un profil à haut risque et d’annuler l’adhésion au programme de loyauté des casinos et les points accumulés par les joueurs exclus des établissements.

Il «entend» aussi mettre en place les recommandations visant à augmenter les pouvoirs de Loto-Québec de faire des vérifications plus strictes quant à l’identité des joueurs et la provenance des fonds.

Québec accepte aussi de renforcer les mécanismes de partage d’information entre Loto-Québec et les corps policiers sur «les stratagèmes, typologies et techniques de blanchiment d’argent, sur les individus et groupes criminels organisés spécifiques ainsi que sur les modes précis de fonctionnement».

Par voie de communiqué, Loto-Québec se dit «heureux» de constater que plusieurs recommandations sont en place ou en voie de l’être, dont l’automatisation des systèmes afin de cibler des pratiques «douteuses».

La société d’État précise être «constamment à l’affût des meilleures pratiques pour lutter contre le blanchiment d’argent» et note que le crime organisé «raffine toujours ses façons de faire».

Tant le gouvernement que Loto-Québec soulignent que le rapport indique que le vérificateur a conclu que les croupiers avec lesquels il s’est entretenu ne se sont pas sentis intimidés ou forcés de laisser gagner un joueur en raison de ces liens avec des membres de groupes criminels organisés.

Le vérificateur externe avait pour mandat de s’intéresser au blanchiment d’argent, aux prêts usuraires, aux programmes de loyauté et aux mesures mises en place pour assurer l’indépendance des employés.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.