Les débardeurs du port de Québec se dotent d’un mandat de grève

MONTRÉAL — Les débardeurs du port de Québec viennent de voter à 98,5 % en faveur d’un mandat de moyens de pression pouvant aller jusqu’à la grève.

Ils pourraient déclencher une grève aussi tôt que le 11 septembre.

Ils sont 81, membres d’une section locale du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), affilié à la FTQ.

Comme cela avait été le cas lors du conflit de travail au port de Montréal, les débardeurs du port de Québec affirment travailler durant de longues heures. Leur syndicat rapporte que l’employeur veut implanter des quarts de 12 heures, ce qu’ils jugent inadapté à la conciliation travail-famille.

Le conseiller syndical du SCFP, Dominic Cordeau, affirme que «les discussions n’avancent pas à la table de négociations». Les syndiqués ont donc décidé de se doter de ce mandat pour ajouter de la pression à la table de négociation.

Les négociations ne sont toutefois pas rompues avec l’employeur, la Société des arrimeurs de Québec. Des rencontres sont prévues au mois de septembre.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.