Les déboires du scrutin à T.-N.-L. devraient faire réfléchir les autres gouvernements

SAINT-JEAN, T.-N.-L. — Le cofondateur de l’organisme de Démocratie en surveillance affirme que les élections à Terre-Neuve-et-Labrador placeront probablement les tribunaux dans une position délicate. 

Duff Conacher s’attend en effet à ce que les résultats des élections générales, reportées dans cette province à cause d’une éclosion de COVID-19, soient contestés devant les tribunaux. Le Directeur général des élections a décidé la veille du scrutin d’annuler le vote «en personne» du 13 février et de passer au vote par correspondance.

Selon M. Conacher, ces turbulences devraient servir d’avertissement à tous les gouvernements qui jonglent avec l’idée d’un scrutin pendant la pandémie.

M. Conacher attribue la confusion au chef libéral et premier ministre sortant, Andrew Furey, qui a décidé de déclencher malgré tout des élections le 15 janvier dernier. Il estime aussi que le directeur général des élections, Bruce Chaulk, aurait dû consulter plus largement avant de fixer une date limite pour soumettre les bulletins de vote par correspondance — puis de modifier plusieurs fois cette date limite.

M. Chaulk soutient qu’il a donné aux électeurs suffisamment de temps pour demander leur bulletin de vote afin de respecter la nouvelle date limite du 12 mars.

Il a été impossible d’obtenir lundi les commentaires de l’équipe libérale.

Laisser un commentaire