Les demandes des premiers ministres menacent l’unité nationale, dit Morneau

OTTAWA — Le gouvernement de Justin Trudeau affirme que les premiers ministres conservateurs des provinces et territoires sont ceux qui mettent le Canada en danger dans une bataille opposant l’exploitation pétrolière à la protection de l’environnement.

Dans une lettre adressée à six premiers ministres de droite, le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, a écrit qu’il était «inutile de menacer l’unité nationale» si leurs demandes n’étaient pas satisfaites par rapport à deux projets de loi sur le point d’être adoptés au Parlement.

Les premiers ministres de l’Ontario, de l’Alberta, de la Saskatchewan, du Manitoba, du Nouveau-Brunswick et des Territoires du Nord-Ouest avaient écrit au premier ministre lundi pour lui demander de modifier ou d’abandonner les projets de loi limitant la circulation des pétroliers le long d’une partie de la côte de la Colombie-Britannique et réformant le système fédéral d’évaluation environnementale pour des grands projets énergétiques.

Les premiers ministres ont fait valoir que des amendements aux projets de loi étaient nécessaires pour «éviter d’exacerber l’aliénation des provinces» et pour «se concentrer sur l’unité du pays».

Le premier ministre Justin Trudeau les a accusés de brandir des menaces à l’unité nationale pour poursuivre leurs objectifs politiques.

La réponse écrite du ministre Morneau, vendredi, ajoute que les changements souhaités par les premiers ministres compromettraient la santé et les emplois des Canadiens et porteraient atteinte aux droits des peuples autochtones, en plus de nuire aux espèces en voie de disparition.

Les plus populaires