Les démocrates déposent un acte d’accusation contre le président Donald Trump

WASHINGTON — Les démocrates de la Chambre des représentants ont déposé un acte d’accusation contre le président Donald Trump, qui pourrait devenir le premier président de l’histoire à faire l’objet d’une procédure de destitution à deux reprises.

La résolution démocrate contient un seul chef d’accusation, celui d’«incitation à une insurrection» relativement à l’explosion de violence survenue mercredi dernier au Capitole des États-Unis.

La résolution rappelle les propos mensongers du président concernant sa défaite face à Joe Biden; les pressions qu’il a exercées sur des responsables électoraux de la Géorgie pour lui «trouver des votes»; et le rassemblement auquel il a participé devant le Capitole, lors duquel il a encouragé ses partisans à se «battre comme des démons» avant qu’ils ne donnent l’assaut.

La violence qui a suivi a fait au moins cinq morts, dont un policier.

«Le président Trump a gravement mis en danger la sécurité des États-Unis et de ses instances gouvernementales, peut-on lire dans la résolution présentée par les représentants démocrates David Cicilline (Rhode Island), Ted Lieu (Californie) et Jamie Raskin (Maryland).

«Il demeurera une menace à la sécurité nationale, à la démocratie et à la Constitution si on lui permet de rester au pouvoir.»

La résolution pourrait être soumise au vote de la Chambre mercredi ou jeudi.

Une autre résolution, celle-là demandant au vice-président Mike Pence d’invoquer le 25e amendement pour chasser M. Trump du pouvoir, a été bloquée par les républicains de la Chambre.

Cette résolution devrait faire l’objet d’un nouveau vote mardi et l’on s’attend à ce qu’elle soit adoptée à ce moment. M. Pence aurait ensuite 24 heures pour répondre, suite à quoi la Chambre irait de l’avant avec la procédure de destitution. Un vote pourrait survenir mercredi.

M. Pence n’a donné aucun signe qu’il a l’intention de collaborer.

De façon générale, on semble assister aux derniers moments sans précédent de la présidence Trump, alors que démocrates et républicains semblent le croire inapte à continuer à exercer le pouvoir et craignent les dommages supplémentaires dont il pourrait être à l’origine s’il reste en poste.

La présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a demandé aux élus de revenir à Washington pour participer à un vote, au moment où même les républicains semblent croire que l’heure a sonné de montrer la porte au président Trump. En fin de semaine, deux sénateurs républicains, Pat Toomey de la Pennsylvanie et Lisa Murkowski de l’Alaska, ont demandé à M. Trump de s’en «aller le plus tôt possible».

Lors d’une apparition à la télévision américaine dimanche soir, Mme Pelosi a rappelé qu’au moment du scandale du Watergate, le Sénat républicain avait dit au président Richard Nixon: «C’est fini».

«C’est ce qui doit se produire maintenant», a-t-elle dit.

Le sénateur Toomey doute qu’on dispose d’assez de temps pour destituer M. Trump avant l’assermentation de Joe Biden, le 20 janvier, mais de plus en plus d’élus croient que cela est absolument nécessaire pour empêcher M. Trump de briguer la présidence à nouveau.

– Par Lisa Mascaro, Darlene Superville et Mary Clare Jalonick, The Associated Press

Laisser un commentaire