Les députés débattent aux Communes du programme de soins dentaires

OTTAWA — Les conservateurs fédéraux affirment que le projet de loi sur les soins dentaires et l’aide ponctuelle aux loyers ne fera qu’ajouter à l’inflation sans soulager véritablement les Canadiens face à la hausse du coût de la vie.

Les députés débattent lundi du projet de loi du gouvernement visant à créer une prestation dentaire annuelle de 650 $ pour chaque enfant de moins de 12 ans, un programme destiné pour l’instant aux familles à revenu faible et moyen.

Le projet de loi accorderait également aux locataires à faible revenu un paiement unique de 500 $.

Les conservateurs proposent maintenant un amendement au projet de loi afin de l’annuler purement et simplement. Il est très peu probable que cet amendement soit adopté, car les néo-démocrates et les libéraux voteront tous les deux en faveur de l’adoption du projet de loi aux Communes.

Ces deux «mesures d’allègement du coût de la vie» étaient en fait réclamées par le Nouveau Parti démocratique en échange de son accord pour soutenir le gouvernement libéral minoritaire, lors de votes clés aux Communes, jusqu’en 2025. 

Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, a demandé il y a 10 jours au gouvernement de scinder le projet de loi pour séparer les deux mesures. Le Bloc appuie le principe de l’aide aux loyers, mais estime que le programme fédéral de soins dentaires constitue une ingérence dans les champs de compétences du Québec. 

Le Bloc québécois entend néanmoins voter en faveur du principe du projet de loi, puis tenter d’améliorer le texte législatif en comité parlementaire. Le Bloc pourrait alors exiger qu’Ottawa verse au gouvernement du Québec sa part des coûts de programme, afin qu’il en dispose comme bon lui semble.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.