Les dirigeants du monde entier félicitent le nouveau président Joe Biden

Bien que le président américain Donald Trump n’ait pas concédé sa défaite, les dirigeants mondiaux ont rapidement félicité Joe Biden pour sa victoire électorale samedi et ont exprimé l’espoir que la nouvelle Maison-Blanche accordera la priorité à la lutte contre le changement climatique.

La nouvelle a provoqué des acclamations dans un café italien, encouragé les manifestants devant la maison du premier ministre israélien, suscité des réactions mitigées en Irak et a inspiré l’incrédulité en Slovénie, la patrie de la première dame Melania Trump.

Mais le soulagement était un sentiment ressenti par plusieurs régions du monde à l’annonce de la défaite de M. Trump.

«Welcome back America!» («Bon retour les États-Unis!»), a écrit en anglais la mairesse de Paris Anne Hidalgo.

«Alors que nous allons célébrer les 5 ans de l’Accord de Paris, cette victoire est un beau symbole pour plus que jamais agir ensemble face à l’urgence climatique», a-t-elle poursuivi dans la langue de Molière.

Les félicitations ont afflué pour M. Biden de la part des capitales mondiales, dont des pays gouvernés par des dirigeants qui s’entendaient avec Donald Trump, ignorant essentiellement ses affirmations selon lesquelles la course électorale n’était pas terminée.

«Les Américains ont désigné leur président. Félicitations Joe Biden et Kamala Harris! Nous avons beaucoup à faire pour relever les défis d’aujourd’hui. Agissons ensemble!», a écrit le président français Emmanuel Macron.

D’autres dirigeants ont envoyé leurs meilleurs souhaits au nouveau président, dont la chancelière allemande Angela Merkel, le secrétaire général de l’OTAN Jens Stoltenberg, le président égyptien Abdel-Fattah el-Sissi et le premier ministre indien Narendra Modi, qui était connu pour ses démonstrations publiques de bonhomie avec Donald Trump.

Le premier ministre britannique Boris Johnson, un autre allié de M. Trump, a salué la victoire de M. Biden et l’élection «historique» de Kamala Harris comme première femme noire vice-présidente. M. Johnson a déclaré qu’il était impatient de «travailler en étroite collaboration sur nos priorités communes, du changement climatique, au commerce, en passant par la sécurité».

L’annonce de la victoire de l’ancien vice-président de Barack Obama a rapidement fait le tour du monde sur les réseaux sociaux et dans les bulletins de nouvelles, suscitant des célébrations à certains endroits, et des souvenirs amers ailleurs.

Immédiatement après l’annonce de la nouvelle, le ministre iranien des Technologies de l’information et de la Communication, Mohammad Javad Azari, a partagé sur Twitter un portrait en noir et blanc du général Qassem Soleimani, un haut général iranien assassiné lors d’une frappe de drone américain plus tôt cette année. Il a mis la légende #End of Trump («#La fin de Trump»). 

Après s’être retirée de l’accord sur le nucléaire iranien, l’administration Trump a imposé des sanctions sans précédent à l’Iran, paralysant l’économie du pays. Les tensions entre les pays ont atteint leur paroxysme avec le meurtre de M. Soleimani en janvier.

Hesameddin Ashena, un conseiller du président iranien Hassan Rohani, a écrit sur Twitter que «les Iraniens sont restés fermement debout jusqu’à ce que l’heure de partir de ce lâche arrive». Joe Biden a suggéré qu’il retournerait dans l’accord entre les puissances mondiales et l’Iran.

Bien qu’il s’entende bien avec Donald Trump, le premier ministre indien a publié une photo de lui avec Joe Biden et a envoyé ses félicitations pour sa «victoire spectaculaire».

«J’ai hâte de travailler à nouveau étroitement avec vous pour porter les relations indo-américaines vers de plus hauts sommets», a-t-il affirmé.

Il a aussi félicité la vice-présidente désignée Kamala Harris pour son succès «révolutionnaire», ajoutant que sa victoire était une «source de fierté immense» pour tous les Américains d’origine indienne.

La défunte mère de Mme Harris est d’origine indienne. En sanskrit, Kamala signifie «fleur de lotus» et Mme Harris a souvent parlé de son héritage indien dans la campagne.

Son élection a immédiatement touché une corde sensible chez plusieurs personnes. Cela a inspiré des appels dans certaines régions d’Afrique pour que les gouvernements dirigés depuis longtemps par des hommes entament une réflexion.

«Le moment est également venu de donner à nos femmes la chance d’occuper un poste aussi élevé dans notre pays et même le poste de numéro un», a écrit le ministre nigérian, Festus Keyamo.

La victoire de Joe Biden a été largement saluée par les scientifiques et les militants écologistes. Le candidat démocrate a déclaré au cours de sa campagne qu’il prévoyait ramener les États-Unis dans l’accord de Paris sur le climat dont Donald Trump s’était retiré.

Le Potsdam Institute for Climate Impact Research a déclaré que si M. Biden et Mme Harris mettaient les États-Unis sur la bonne voie pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre à zéro d’ici le milieu du siècle, cela aiderait à éviter certaines des conséquences désastreuses du réchauffement climatique.

«De toute évidence, le peuple américain voit cela et a choisi l’unité plutôt que le conflit et les faits plutôt que la fiction pour que les États-Unis puissent vraiment redevenir grands», a déclaré le codirecteur de l’institut, Johan Rockstrom, dans un communiqué.

Les alliés occidentaux espéraient rapidement un nouveau départ avec une nouvelle administration à Washington.

«Nous sommes impatients de travailler avec le prochain gouvernement américain», a affirmé le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas. «Nous voulons travailler sur notre coopération pour un nouveau départ transatlantique, un New Deal.»

Le premier ministre slovène Janez Jansa, qui était le seul dirigeant mondial à avoir félicité Donald Trump avant même le décompte de tous les votes, a continué à soutenir le président sortant.

«Intéressant. Des plaintes ont été lancées dans tous les États américains avec des résultats serrés. Les tribunaux n’ont même pas commencé à délibérer. Pourtant, les principaux médias (et non un organisme officiel) proclament le vainqueur. Félicitations de tous côtés. C’est ce qu’on appelle la primauté du droit», a-t-il écrit sur Twitter, en slovène.

Laisser un commentaire