Les données personnelles de 620 000 Canadiens ont été partagées, dit Facebook

OTTAWA — Le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, a offert des excuses publiques mercredi pour la façon dont son entreprise a traité les informations personnelles des utilisateurs, incluant celles de plus de 620 000 Canadiens.

Le réseau social fait face à une grogne internationale pour avoir vraisemblablement partagé les données personnelles des membres de façon inappropriée avec une firme de consultation au coeur d’un scandale international sur le détournement de renseignements à des fins politiques.

Dans une déclaration publiée mercredi, Facebook a affirmé que les données de 622 161 utilisateurs du réseau social au Canada avaient été obtenues par Cambridge Analytica par l’entremise d’applications qu’eux-mêmes ou des amis avaient utilisées.

En tout, 87 millions d’utilisateurs ont été touchés par ce partage de données, soit bien plus que les 50 millions estimés aux départ — et près de 82 pour cent d’entre eux se trouveraient aux États-Unis.

Cambridge Analytica a été accusée d’avoir utilisé ces données, récoltées sans l’autorisation des utilisateurs, pour soutenir la campagne électorale présidentielle de Donald Trump en 2016.

Facebook a annoncé que les utilisateurs impliqués dans la fuite de renseignements personnels seraient informés lundi.

Mark Zuckerberg reconnaît que cette faille dans le respect des renseignements privés démontre que l’entreprise n’a pas pris au sérieux sa responsabilité envers les utilisateurs et que «c’était une grave erreur».

«C’était mon erreur. Maintenant, nous devons réviser chaque détail de notre relation avec le public et nous assurer d’avoir une vision assez large de nos responsabilités», a-t-il concédé lors d’une conférence téléphonique avec des journalistes.

«Ce n’est pas assez de simplement connecter les gens. Il faut s’assurer que ces connexions soient positives et qu’elles rapprochent les gens», a ajouté le chef d’entreprise.

Lorsque le scandale a éclaté le mois dernier, le commissaire à la vie privée du Canada a lancé une enquête afin de déterminer si Facebook avait respecté les lois fédérales sur la vie privée encadrant les entreprises privées.

Le commissaire Daniel Therrien a soutenu ne pas être étonné par l’ampleur du nombre de Canadiens affectés par le scandale. Il a indiqué que le nombre de comptes visés allait faire partie de son enquête.

Le ministère des Institutions démocratiques a aussi indiqué être disposé à raffermir les lois fédérales sur la protection de la vie privée, qui ne s’appliquent pas actuellement aux partis politiques.

Facebook a annoncé mercredi de nouveaux plans pour restreindre l’accès aux données des utilisateurs sur sa plateforme et pour améliorer la protection des renseignements personnels des utilisateurs. 

Mark Zuckerberg a, par ailleurs, indiqué que le nombre d’employés dédiés à combattre les «fausses nouvelles» allait passer à 20 000. Le président de Facebook a offert ses excuses pour ne pas avoir saisi l’impact des campagnes de désinformation sur les résultats électoraux.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie