Les écoles ne doivent pas facturer les masques aux parents, tranche le ministère

QUÉBEC — Les écoles n’ont pas le droit de facturer les masques de procédure aux parents, tranche le ministère de l’Éducation.

Il réagissait mardi à la situation qui prévaut à l’école primaire Coursol, à Laval, où des parents se sont vu facturer des masques utilisés par leurs enfants. 

Le 22 janvier, l’école avait prévenu les parents que des frais de 1 $ par masque de procédure commenceraient à s’appliquer trois jours plus tard «devant la récurrence d’oublis».

Elle soulignait que la mesure avait l’accord du conseil d’établissement et qu’elle était déjà en place au troisième cycle depuis octobre.

Interrogé à savoir si les écoles avaient le droit de procéder ainsi, le ministère a déclaré mardi que la loi sur les frais scolaires en vigueur au Québec ne le permettait pas.

«Aucune contribution financière ne peut être exigée aux parents par l’école pour un masque oublié ou brisé», a précisé le relationniste du ministère, Bryan St-Louis.

«Au même titre que les mouchoirs ou les lingettes, et tel que prévu par le Règlement (…), le droit à la gratuité s’applique aux articles devant être fournis pour des raisons de santé, d’hygiène ou de salubrité.»

En entrevue avec La Presse Canadienne lundi, Audrée, qui a préféré taire son nom de famille, a dénoncé les pratiques de l’école Coursol.

Elle a raconté que son neveu de sept ans était anxieux et brisait souvent ses masques, et lorsqu’il n’avait pas assez de masques de rechange dans son sac, l’école lui en fournissait… au coût de 1 $ le masque.  

«Moi, je trouve ça exagéré, a-t-elle pesté au téléphone. Ça n’a pas de sens, sérieusement.»

Ni l’école Coursol ni le Centre de services scolaires de Laval n’étaient immédiatement disponibles mardi après-midi pour répondre aux questions de La Presse Canadienne à ce sujet.

Le port du masque de procédure est dorénavant obligatoire pour tous les élèves du primaire en zone rouge, c’est-à-dire dans le Grand Montréal.

Legault veut voir les enfants à l’école

Par ailleurs mardi, le premier ministre François Legault a vivement réagi au fait qu’un mouvement de parents contre le port du masque au primaire gardaient leurs enfants à la maison.

La pétition «NON au masque obligatoire pour les enfants du primaire» qui circule en ligne a d’ailleurs récolté jusqu’à présent 38 620 signatures.

«Les enfants sont capables pas mal plus de s’adapter qu’on pense pour porter un masque», a argué M. Legault en conférence de presse.   

«Je trouve ça tellement triste qu’on prive des enfants d’aller à l’école actuellement parce qu’il y a des parents qui ne sont pas d’accord avec la mesure de la Santé publique. Je trouve ça très, très triste. 

«Depuis un an, j’ai tout fait pour garder ouvertes le plus possible nos écoles parce que c’est primordial pour nos enfants», a-t-il ajouté. 

«Ça n’a pas de bon sens qu’aujourd’hui il y ait des parents qui gardent les enfants à la maison parce qu’on demande aux enfants de porter un masque.»

Le premier ministre Legault a également déclaré, mardi, que la Santé publique travaillait à ramener en classe tous les élèves de secondaire 3, 4 et 5 dans les plus brefs délais.

Laisser un commentaire