Les émissions de diesel trop élevées font 4500 morts/an en Europe

BERLIN — Plus de 4500 décès prématurés sont attribuables chaque année en Europe à des voitures au diesel dont les émissions sont plus polluantes qui ce qui était annoncé, ont fait savoir des chercheurs lundi.

Cette étude est publiée deux ans après que le constructeur automobile Volkswagen eut été pris en flagrant délit de tricherie lors de tests sur les émissions aux États-Unis.

Les particules microscopiques émises par les moteurs au diesel nuisent à la santé humaine et contribuent à quelque 425 000 décès prématurés chaque année en polluant l’air de l’Union européenne, de la Norvège et de la Suisse.

En faisant d’autres calculs, les scientifiques concluent que les émissions excessives sont responsables à elles seules de 4560 décès prématurés chaque année.

Le risque est plus élevé là où il y a une plus grande concentration de voitures au diesel, comme le nord de l’Italie, selon les chercheurs autrichiens, norvégiens et suédois.