Les employés de La Presse acceptent des concessions de l’ordre d’un million $

MONTRÉAL — Les membres du Syndicat des travailleurs de l’information de La Presse (STIP) ont entériné à 94,7 pour cent l’entente de principe conclue peu avant Noël entre leur comité de négociation et leur employeur.

La CSN, à laquelle est affilié le STIP, a en fait l’annonce par voie de communiqué, jeudi.

Le vote s’est déroulé mercredi par scrutin secret.

Selon la présidente du STIP, Laure-Julie Perreault, les syndiqués ont accepté un gel de salaire durant cinq des six années de la nouvelle convention collective. Une augmentation de 1 pour cent est prévue en 2020.

De plus, les parties ont convenu de la mise en place d’un régime de retraite à prestation cible pour tous les employés dès que possible. Mme Perreault évalue les concessions acceptées par les membres à un million de dollars récurrents.

Les 195 employés de la rédaction de La Presse étaient sans convention collective depuis janvier 2016. Selon le syndicat, les membres n’avaient formulé qu’une seule demande: le maintien des conditions de travail.

«Étant donné la situation financière difficile de La Presse, nous avons fait preuve de créativité afin d’arriver à cette entente», a déclaré Mme Perreault par voie de communiqué.

La Presse détient une participation dans La Presse canadienne, en partenariat avec des filiales du Globe and Mail et de Torstar.

Les plus populaires