Les employés d’entretien de la STM feront une grève des heures supplémentaires

MONTRÉAL — Les employés des services d’entretien de la Société de transport de Montréal (STM) feront une grève des heures supplémentaires la semaine prochaine, déplorant des «demandes de reculs importants» de la part de la partie patronale dans le cadre du renouvellement de leur convention collective.

Le Syndicat du transport de Montréal-CSN a affirmé mercredi par communiqué que la négociation se poursuivait, tout en faisant valoir l’importance de «trouver des solutions qui répondront aux attentes des deux parties».

Les 2400 employés des services d’entretien n’effectueront pas d’heures supplémentaires pendant six jours consécutifs, de lundi à vendredi prochains. En fait, le syndicat a indiqué qu’il n’y aurait «aucune forme de travail en dehors des heures régulières prévues, sauf en cas d’urgence».

Dans un communiqué, le président du syndicat, Gleason Frenette, a déploré qu’après un an de discussions, la partie patronale maintienne des propositions «qui viendraient changer totalement les conditions de travail».

M. Frenette a soutenu que la STM avait trouvé «comme solution d’augmenter l’offre de temps supplémentaire» dans la foulée d’un gel d’embauches à la suite de coupes budgétaires par la Ville de Montréal. Le président du syndicat estime qu’il manque de personnel et réclame des embauches.

Lundi, la STM a fait valoir qu’elle souhaitait aussi réduire le recours aux heures supplémentaires, affirmant que cela ne se réaliserait que par des modifications à la convention.

Par ailleurs, le syndicat des chauffeurs d’autobus et des opérateurs de métro (Section locale 1983 — SCFP) tiendra cette semaine des assemblées afin d’obtenir à son tour un mandat de ses membres lui permettant de déclencher une grève au moment qu’il jugera opportun.