Les enfants pourront-ils étreindre mamie et papi? Peut-être, dit finalement Arruda

QUÉBEC — Les grands-parents du Québec pourront peut-être, finalement, serrer leurs petits-enfants dans leurs bras bientôt.

La semaine dernière, le premier ministre François Legault avait clairement indiqué que les aînés allaient devoir renoncer aux étreintes de leurs petits-enfants, par crainte d’une transmission éventuelle du coronavirus.

Toutefois, le directeur national de la santé publique, Horacio Arruda, a envoyé un autre signal mercredi.

En conférence de presse pour faire le point sur la pandémie, il a commenté la décision toute récente de la Suisse, qui estime qu’il est maintenant sécuritaire pour les enfants en bas âge de faire une accolade à leurs grands-parents. Selon le chef de la direction des maladies infectieuses de la Confédération helvétique, le docteur Daniel Koch, les scientifiques ont démontré que les jeunes enfants ne transmettent pas le coronavirus.

Contrairement au constat pour d’autres maladies comme l’influenza, dans le cas de la COVID-19, les enfants ne seraient donc pas «des générateurs, des incubateurs à microbes, qui transmettent beaucoup», a commenté M. Arruda.

«On surveille ça de très près avec nos scientifiques. On veut avoir quand même une certaine assurance (sur cet enjeu) avant (d’autoriser des retrouvailles). Mais c’est sûr que, dès qu’on a une évidence qu’il y a peu de risque, puis qu’on peut le faire adéquatement, on va le faire.»

Les autorités de la santé publique entendent donc surveiller les effets du déconfinement de l’économie, ainsi que la reprise des classes et des services de garde. Si la propagation ne reprend pas de plus belle en affectant les personnes vulnérables comme les aînés, les consignes pourraient donc être assouplies.

«On va voir ce qui va se passer en matière de transmission parce qu’on va faire des tests aussi sur ces populations-là, puis on pourra voir quelle est la transmission dans la famille ou ailleurs, a conclu M. Arruda. Ça va nous permettre de documenter, en terrain québécois, ladite chose.»

Les déclarations du Dr Koch ont suscité une certaine confusion en Suisse. Il a autorisé les aînés à prendre leurs petits-enfants dans leurs bras, mais il leur a recommandé de ne pas les garder et d’éviter les contacts avec les parents, pour éviter le mélange des générations.

La semaine dernière, M. Legault avait déconseillé «pour un certain temps» aux personnes de plus de 60 ans de serrer leurs petits-enfants.

«Je sais que c’est dur, c’est triste. Est-ce qu’on sera capable dans les prochaines semaines à ce qu’ils se voient à deux mètres de distance? C’est peut-être plus envisageable, avait-il dit. Moi la crainte la plus importante que j’ai en rouvrant les écoles, c’est que les enfants aillent voir non pas leurs parents, mais leurs grands-parents et les infectent.»

Les plus populaires