Les enseignants franco-ontariens lancent jeudi une grève du zèle

TORONTO — Les enseignants du réseau français en Ontario lanceront jeudi leur mouvement de grève du zèle, ce qui signifie que tous les grands syndicats d’enseignants de la province seront alors engagés dans divers moyens de pression.

L’Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO) a indiqué mardi que ses membres cibleront les tâches administratives dans ce que le syndicat appelle la «phase un» de sa grève du zèle.

Ces enseignants des écoles élémentaires et secondaires catholiques ou publiques de langue française seront en position légale de faire la grève à compter de jeudi. Lors d’un vote avant Noël, ils avaient accordé à leur exécutif un mandat de grève dans une proportion de 97 %.

Le président, Rémi Sabourin, a déclaré qu’au-delà des demandes syndicales traditionnelles, les négociations achoppaient surtout cette fois sur les grandes réformes en matière d’éducation annoncées par le gouvernement conservateur de Doug Ford, notamment l’augmentation de la taille des classes et les cours de formation en ligne obligatoires.

L’AEFO, qui compte environ 12 000 membres, représente les enseignants, le personnel professionnel et le personnel de soutien dans les écoles élémentaires et secondaires catholiques ou publiques de langue française en Ontario.

Les enseignants de l’élémentaire du réseau anglais public prévoient des grèves tournantes à partir de lundi, et les enseignants du réseau anglais catholique tiendront une grève d’une journée mardi prochain. Les enseignants des écoles secondaires publiques ont mené une série de grèves perlées d’une journée, les mercredis, ciblant quelques conseils scolaires à la fois.

Le ministre de l’Éducation, Stephen Lecce, se disait lundi «déçu de voir que les syndicats d’enseignants continuent d’employer des moyens de pression additionnels qui font du tort aux élèves».