Les enseignants ontariens contestent en cour le plafond salarial

TORONTO — Les quatre principaux syndicats d’enseignants en Ontario annoncent jeudi qu’ils contesteront devant les tribunaux la validité de la loi provinciale qui plafonne les augmentations salariales dans le secteur public.

Les quatre centrales, qui représentent à la fois les enseignants du primaire et du secondaire des écoles publiques anglophones, catholiques et francophones, affirment que cette loi viole le droit des travailleurs à la libre négociation collective.

La loi plafonne toutes les augmentations de salaire du secteur public à un pour cent par année pour les trois prochaines années. Le gouvernement progressiste-conservateur de Doug Ford a adopté cette loi alors que les négociations venaient de commencer. Les syndicats soutiennent qu’il s’agissait alors d’une ingérence extraordinaire dans le processus de négociation.

Liz Stuart, présidente de l’Association des enseignants des écoles catholiques anglophones, affirme que le moment choisi pour adopter la loi suggère qu’elle visait spécifiquement les enseignants.

Le gouvernement Ford soutient que la loi sur le plafond salarial respecte le processus de négociation, puisqu’elle permet toujours aux employés d’obtenir des augmentations en fonction de l’ancienneté, de la performance ou des qualifications.

Les plus populaires