Les espoirs de tourisme pour le Nouvel An lunaire s’effondrent

BANGKOK — Un boom espéré du tourisme chinois en Asie au cours des vacances du Nouvel An lunaire de la semaine prochaine risque de ne pas se concrétiser, puisque la plupart des voyageurs choisissent de rester en Chine s’ils vont quelque part.

Des plages de Bali aux pistes de ski poudreuses d’Hokkaido, les hordes de Chinois souvent vues à l’époque pré-COVID seront toujours portées disparues, selon les voyagistes.

C’est une amère déception pour de nombreuses entreprises qui espéraient que les périodes pandémiques de vaches maigres étaient terminées maintenant que Pékin a assoupli les restrictions sur les voyages et cessé d’exiger des quarantaines de plusieurs semaines. Pourtant, les réservations de voyages à l’étranger ont monté en flèche, ce qui suggère que ce n’est qu’une question de temps avant que l’industrie ne se rétablisse.

«Je pense que les touristes reviendront vers la fin février ou début mars au plus tôt», a prédit Sisdivachr Cheewarattaporn, le président de l’Association thaïlandaise des agents de voyage, en soulignant que de nombreux Chinois n’ont pas de passeport, que les vols sont limités et que les voyagistes se préparent toujours à gérer les déplacements en groupe.

Les risques de COVID-19 sont un autre facteur important alors que les épidémies persistent après la volte-face politique en Chine, a-t-il ajouté dans une interview. «Les gens ne sont peut-être pas prêts, ou peut-être qu’ils se préparent.»

Pour l’instant, les territoires chinois de Macao et Hong Kong apparaissent comme les destinations les plus recherchées.

Quelques jours à peine avant le début, dimanche, du Nouvel An lunaire, les sites touristiques emblématiques de l’ancienne colonie portugaise, comme la place historique Senado et les ruines de Saint-Paul, étaient bondés. Les salles de jeu de deux grands casinos étaient en grande partie pleines, avec des groupes de visiteurs chinois assis autour des tables.

«Je suis tellement occupé tous les jours et je n’ai pas le temps de me reposer», a lancé Lee Hong-soi, le propriétaire d’une boutique de souvenirs. Il a ajouté que les ventes avaient récupéré à environ 70 % à 80 % des jours pré-pandémiques, comparativement à presque rien il y a quelques semaines à peine.

Kathy Lin était venue de Shanghai, en partie parce qu’il était facile d’obtenir un visa, mais aussi parce qu’elle était préoccupée par les risques d’attraper la COVID-19. «Je n’ose pas encore voyager à l’étranger», a-t-elle expliqué alors qu’elle et un ami prenaient des photos.

Cette inquiétude garde de nombreux vacanciers potentiels à la maison, même après que la Chine ait assoupli les restrictions «zéro COVID» qui visaient à isoler tous les cas avec des tests de masse et des quarantaines onéreuses.

«Les personnes âgées de ma famille n’ont pas été infectées et je ne veux prendre aucun risque. Il y a aussi la possibilité d’être à nouveau infecté par d’autres variants», a dit Zheng Xiaoli, une femme de 44 ans employée par une compagnie d’ascenseurs à Guangzhou, dans le sud de la Chine. L’Afrique figurait sur sa liste de choses à faire avant la pandémie, mais malgré son désir de voyager à l’étranger, elle a déclaré : «Il y a encore des incertitudes, donc je vais faire preuve de retenue».

Cong Yitao, un auditeur vivant à Pékin, n’avait pas peur d’attraper le virus puisque toute sa famille a déjà eu la COVID-19. Mais il a été découragé par les restrictions de test et autres limites imposées par certains pays, dont les États-Unis, le Japon, la Corée du Sud et l’Australie, après que la Chine ait assoupli ses précautions contre la pandémie.

«Il semble que de nombreux pays ne nous accueillent pas», a déclaré M. Cong, qui prévoyait plutôt de se diriger vers une destination subtropicale en Chine, comme l’île de Hainan ou le Xishuangbanna, pour profiter du temps chaud.

Selon Trip.com, une importante société de services de voyage, les réservations de voyages à l’étranger pour les vacances du Nouvel An lunaire du 21 au 27 janvier ont plus que quintuplé ― mais c’est en comparaison avec pratiquement rien l’année précédente, lorsque les frontières chinoises étaient fermées à la plupart des voyageurs.

Les réservations de voyages en Asie du Sud-Est ont été multipliées par dix, la Thaïlande étant le premier choix, suivie de Singapour, de la Malaisie, du Cambodge et de l’Indonésie.

Les voyages vers d’autres endroits préférés, comme l’île tropicale de Bali et l’Australie, ont été limités par le manque de vols. Mais cela change, avec de nouveaux vols ajoutés quotidiennement.

«Vous verrez certainement une augmentation par rapport à l’année dernière, lorsque la Chine était encore fermée, mais je ne pense pas que vous verrez une énorme augmentation des voyageurs sortants vers différentes destinations en Asie-Pacifique, sans parler de l’Europe ou des Amériques», a supposé Haiyan Song, un professeur de tourisme international à l’Université polytechnique de Hong Kong.

Tourism Australia prévoit que les dépenses des voyageurs internationaux dépasseront les niveaux d’avant la pandémie d’ici un an. Avant les perturbations de la COVID-19, les Chinois représentaient près d’un tiers des dépenses des touristes, soit près de 9 milliards $ US.

L’aéroport Suvarnabhumi de Bangkok a augmenté ses effectifs pour faire face à plus de 140 000 arrivées par jour pendant la ruée du Nouvel An lunaire, bien que seuls les voyageurs chinois individuels viendront pour l’instant, les voyages de groupe en provenance de Chine n’ayant pas encore repris.

Alors qu’un soleil orange brillant se couchait derrière l’ancien Wat Arun, au bord du fleuve Chao Phraya à Bangkok, un homme de Shanghai qui ne donnerait que son nom de famille, Zhang, a posé avec un compagnon dans des costumes traditionnels thaïlandais colorés en soie.

«Il fait très froid en Chine et la Thaïlande a un climat estival», a déclaré M. Zhang, ajoutant qu’il connaissait de nombreuses personnes qui avaient réservé des billets pour s’éloigner du temps froid et humide de sa ville natale.

Pourtant, pour de nombreux Chinois, l’attrait des voyages dans le monde a été éclipsé, pour l’instant, par un désir de se rendre dans leur ville natale et de retrouver leur famille, près de trois ans exactement depuis la première grande épidémie de coronavirus qui a frappé la ville centrale de Wuhan, dans l’une des plus grandes catastrophes des temps modernes.

Isabelle Wang, une employée des finances à Pékin, a voyagé en Europe, au Moyen-Orient et dans certaines parties de l’Asie. Après trois ans d’une vie au rythme plus lent pendant la pandémie, sa priorité est de retrouver sa famille à Shangrao, une ville du centre-sud de la Chine.

«Il reste encore beaucoup de temps dans nos vies, et il y aura certainement des opportunités d’aller à l’étranger plus tard quand nous le voudrons», a-t-elle déclaré.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.