Les États américains découvrent combien ils accueilleront d’évacués afghans

WASHINGTON — Le gouvernement fédéral américain a commencé à indiquer aux gouverneurs et coordonnateurs à l’immigration des États combien d’évacués afghans parmi le premier groupe de 37 000 ils accueilleront.

La Californie devrait être l’État qui en accueillera le plus, avec plus de 5200 personnes selon des documents obtenus par l’Associated Press.

L’Alabama et le Mississippi seront appelés à en réinstaller 10 chacun selon les autorités, tandis qu’Hawaï, le Dakota du Sud, la Virginie-Occidentale, le Wyoming et le District de Columbia ne devraient pas en accueillir parmi ceux provenant de ce premier groupe. Ces Afghans ont fui leur pays lors de la dernière journée de l’opération d’évacuation américaine, le mois dernier.

L’administration de Joe Biden a demandé un soutien financier au Congrès afin de trouver un nouveau chez eux aux États-Unis à 65 000 Afghans d’ici la fin du mois et à 95 000 d’ici septembre 2022.

Le président Biden a chargé l’ancien gouverneur du Delaware, Jack Markell, d’être son délégué pour la mission d’accueil des évacués.

Les États où un nombre historiquement élevé d’Afghans se sont installés au cours des 20 dernières années — notamment la Californie, le Maryland, le Texas et la Virginie — sont à nouveau ceux qui en accueillent le plus.

Beaucoup des nouveaux évacués ont demandé à être installés dans ces États, parce qu’ils ont déjà de la famille ou des amis proches qui y vivent, selon deux sources qui ont parlé sous le couvert de l’anonymat. De plus, ces États peuvent compter sur un grand nombre d’organismes communautaires qui viennent en aide aux nouveaux arrivants.

Les responsables américains présentent aussi aux Afghans d’autres régions du pays qui pourraient être de bons endroits pour commencer leur nouvelle vie aux États-Unis, notamment celles où de nombreux emplois sont disponibles et où le prix des logements est moins élevé.

Les évacués afghans sont soumis à un contrôle de sécurité coordonné par le département de la Sécurité intérieure avant d’être admis aux États-Unis, en plus de subir un examen médical. Les personnes âgées de 12 ans et plus sont aussi forcées de se faire vacciner contre la COVID-19 dans le cadre de leur statut humanitaire.

Ce protocole n’a toutefois pas réussi à empêcher tous les problèmes.

Certains vols à destination des États-Unis qui avaient à leur bord des personnes qui ont passé du temps dans un lieu sûr temporaire ont été cloués au sol, la semaine dernière, après la découverte de cas de rougeole parmi plusieurs Afghans récemment arrivés aux États-Unis.

Par ailleurs, certains Afghans pourraient avoir une arrivée difficile en entrant aux États-Unis si le Congrès ne prend pas les mesures nécessaires pour les traiter comme des réfugiés.

Les Afghans ne peuvent actuellement pas recevoir de coupons valides pour se procurer de la nourriture, d’aide financière dans le cadre du programme d’assistance temporaire aux familles à faible revenu, d’assurance-maladie ou d’autres services habituellement offerts aux réfugiés.

Actuellement, chaque évacué afghan doit recevoir un paiement direct unique de 1225 $. M. Biden a demandé au Congrès de s’assurer que les nouveaux arrivants aient accès aux mêmes avantages que les réfugiés.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.