Les États-Unis ont approuvé le deuxième vaccin contre la COVID-19, celui de Moderna

WASHINGTON — Les États-Unis ont ajouté un deuxième vaccin contre la COVID-19 à leur arsenal pour combattre la pandémie qui cause ces temps-ci plus de 3000 décès par jour.

La Food and Drug Administration a autorisé vendredi le déploiement d’urgence du vaccin développé par Moderna et les Instituts américains de la santé (NIH). Les doses devraient arriver lundi.

Le vaccin de Moderna est très similaire à celui de Pfizer-BioNTech, qui est maintenant distribué à des millions de travailleurs de la santé et de résidants de foyers pour personnes âgées.

Les deux fonctionnent «mieux que nous n’osions presque espérer», a déclaré le directeur des NIH, le docteur Francis Collins, à l’Associated Press. «La science fonctionne ici, la science a fait quelque chose d’incroyable.»

Les premiers résultats d’études importantes, encore inachevées, montrent que les deux vaccins semblent sûrs et hautement protecteurs, bien que Moderna soit plus facile à manipuler, car il n’a pas besoin d’être conservé à des températures ultra-congelées.

Un deuxième vaccin représente une lueur d’espoir alors que le virus continue de se propager sans relâche avant même les vacances des Fêtes, qui risquent d’alimenter encore davantage l’épidémie.

La COVID-19 a fait plus de 312 000 morts aux États-Unis et 1,7 million de victimes dans le monde. Les États-Unis enregistrent en moyenne plus de 216 000 nouveaux cas par jour. Les décès quotidiens ont atteint des sommets sans précédent, dont plus de 3600 mercredi.

Le pays se démène pour étendre les vaccinations aussi rapidement que Moderna et Pfizer peuvent produire des doses. Moderna est pour les personnes de 18 ans et plus, Pfizer commence à 16 ans.

Moderna s’attend à avoir entre 100 et 125 millions de doses disponibles dans le monde au cours des trois premiers mois de l’année 2021, dont 85 à 100 millions iront aux États-Unis.

Au Canada

Dans un communiqué transmis en soirée, Santé Canada a pris acte de l’autorisation délivrée par la FDA, tout en tenant à souligner que Moderna ne lui a pas encore fourni toutes les informations et données nécessaires à son propre examen. 

Celui-ci devrait se conclure dans les prochaines semaines, a-t-on ajouté, sans pouvoir fournir de date précise.

«Santé Canada travaille d’arrache-pied pour offrir aux Canadiens des vaccins contre la COVID-19 le plus rapidement possible et il ne fera aucun compromis sur ses normes d’innocuité, d’efficacité et de qualité», peut-on lire dans le communiqué.

– Par Lauran Neergaard et Matthew Perrone, The Associated Press

Laisser un commentaire