Les États-Unis pourraient apprendre d’Élections Canada, dit un expert

Les États-Unis auraient pu éviter la «paralysie politique» qui les afflige présentement s’ils avaient un organisme central chargé de la conduite des élections comme dans d’autres démocraties occidentales, selon un professeur américain qui enseigne à Montréal.

Jason Opal, du département d’histoire et d’études classiques de l’Université McGill, craint que la «haine hyperpartisane» qui couve dans son pays ne s’enflamme pendant que se poursuit le décompte des millions de bulletins de vote transmis par correspondance.

Élections Canada est une agence qui aurait déjà pu servir d’exemple aux États-Unis, il y a 20 ans, lorsqu’il a fallu près de trois semaines pour déclarer un vainqueur dans la course à la Maison-Blanche, a rappelé M. Opal en entrevue mercredi.

Avec des résultats toujours serrés, le président sortant Donald Trump et le candidat démocrate Joe Biden ont tous deux laissé entendre qu’ils l’emporteraient. M. Trump a annoncé qu’il se tournerait vers la Cour suprême avant même que le dépouillement ne soit terminé dans plusieurs États clés, dont la Pennsylvanie et le Michigan.

Selon M. Opal, il est temps pour les États-Unis de reconsidérer le mécanisme du collège électoral, qui place l’issue de la présidentielle entre les mains de 538 électeurs choisis par les législatures des États depuis 1787.

Il est à ses yeux aberrant que, contrairement aux autres démocraties occidentales, les États-Unis ne soient pas dotés d’une institution comme Élections Canada.

«C’est un peu ironique parce que les États-Unis ont été les premiers avec de très longues traditions démocratiques, bien avant celles du Canada. Mais elles n’ont pas été mises à jour, elles trahissent vraiment leur âge. Elles sont sclérosées et elles ne peuvent pas gérer ce genre de haine hyperpartisane.»

Élections Canada a été mis sur pied il y a un siècle en tant qu’organisme indépendant chargé d’administrer les élections fédérales dans le cadre d’un système parlementaire semblable à celui du Royaume-Uni, de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande.

Laisser un commentaire