Les États-Unis refusent de participer à l’effort mondial pour trouver un vaccin

WASHINGTON — L’administration Trump a déclaré mardi qu’elle ne participerait pas aux efforts de coopération internationale pour mettre au point et distribuer un vaccin contre la COVID-19, parce qu’elle ne veut pas être contrainte par des organisations multilatérales comme l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Cette décision de faire cavalier seul, rapportée en premier par le «Washington Post», fait suite à la décision prise par la Maison-Blanche au début du mois de juillet de retirer les États-Unis de l’OMS. Le président Donald Trump estime que l’OMS doit être réformée et qu’elle est fortement influencée par la Chine.

Certains pays ont travaillé individuellement pour s’assurer un approvisionnement en vaccins lorsqu’ils seront disponibles, mais d’autres ont décidé d’unir leurs efforts pour lutter contre un virus qui ne connaît pas de frontières géographiques. Plus de 150 pays participent ainsi à un mécanisme d’accès mondial aux vaccins contre la COVID-19, appelé COVAX.

Cet effort de coopération, lié à l’OMS, permettrait aux pays d’avoir accès à un assortiment de vaccins potentiels pour s’assurer que leurs citoyens soient rapidement immunisés par ceux qui sont jugés efficaces. L’OMS affirme que même les gouvernements qui concluent des accords individuels avec des fabricants de vaccins gagneraient à rejoindre le COVAX, car cela leur permettrait d’avoir accès à des vaccins de secours au cas où ceux obtenus par des accords bilatéraux avec des fabricants ne fonctionnent pas.

«Les États-Unis continueront à impliquer nos partenaires internationaux pour s’assurer que nous vaincrons ce virus, mais nous ne serons pas contraints par des organisations multilatérales influencées par l’Organisation mondiale de la santé corrompue et la Chine», a déclaré mardi le porte-parole de la Maison-Blanche Judd Deere. «Ce président ne ménagera aucun effort pour s’assurer que tout nouveau vaccin respecte les normes de la Food and Drug Administration en matière de sécurité et d’efficacité, qu’il soit testé minutieusement et qu’il sauve des vies.»

Le représentant démocrate Ami Bera, de la Californie, a estimé que l’administration avait pris une décision à courte vue qui entravera la lutte pour mettre fin à la pandémie.

«Rejoindre le COVAX est une mesure simple pour garantir l’accès des États-Unis à un vaccin, peu importe qui le met au point en premier», a écrit M. Bera, un médecin, sur Twitter. «Cette approche unilatérale fait courir aux États-Unis le risque de ne pas avoir de vaccin.»

La décision de l’administration Trump, associée au retrait américain de l’OMS, signifie que les États-Unis renoncent à leur rôle de leader mondial dans la lutte contre les pandémies, selon Tom Hart, directeur pour l’Amérique du Nord de The ONE Campaign, une organisation cofondée par Bono du groupe U2.

«Non seulement cette décision met en danger la vie de millions de personnes dans le monde, mais elle pourrait complètement isoler les Américains d’un vaccin efficace contre la COVID-19», a estimé M. Hart.

Laisser un commentaire
Les plus populaires