Les États-Unis sont mieux perçus dans le monde sous Joe Biden, selon un sondage Pew

WASHINGTON — Les Canadiens ont une opinion beaucoup plus positive des États-Unis et de leur place dans le monde maintenant que Joe Biden est président, suggère un nouveau sondage. 

L’étude mondiale du Pew Research Center, publiée jeudi, souligne des changements similaires ailleurs dans le monde au cours des mois qui ont suivi l’arrivée de M. Biden à la Maison-Blanche.

Parmi les 1011 Canadiens qui ont participé au sondage, le pourcentage de ceux qui ont une opinion favorable des États-Unis a atteint 61 %, contre 35 % sous Donald Trump – un résultat qui concorde grosso modo au résultat médian dans les 12 pays interrogés.

Quelque 77 % des répondants canadiens ont également déclaré qu’ils étaient convaincus que M. Biden poserait les bons gestes dans les affaires mondiales, contre seulement 20 % pour M. Trump l’année dernière. Encore une fois, ce résultat était conforme aux chiffres ailleurs dans le monde. 

La portion canadienne du sondage téléphonique, menée en anglais et en français entre le 15 mars et le 3 mai, comporte une marge d’erreur de 3,8 points de pourcentage, 19 fois sur 20.

Par contre, ce n’est pas parce que M. Biden a succédé à Donald Trump que la confiance dans les États-Unis a été complètement restaurée, rappelle Richard Wike, directeur de la recherche sur les attitudes mondiales au Centre Pew. 

«Les gens adhèrent aux idées du multilatéralisme, ils veulent voir les États-Unis agir de manière plus multilatérale dans les affaires internationales – cela fait partie de ce qu’ils aiment dans l’administration Biden», a-t-il résumé jeudi après la publication des résultats du sondage. «Mais les gens croient encore que les États-Unis ne les écoutent pas toujours vraiment ou ne tiennent pas compte de leurs intérêts lorsqu’ils élaborent leur politique étrangère.»

L’enquête a été publiée au moment où les dirigeants mondiaux se réunissent au Royaume-Uni pour le premier sommet du G7 de l’«ère Biden», qui commence vendredi, et marque le premier voyage à l’étranger du premier ministre Justin Trudeau depuis le début de la pandémie de COVID-19, en mars 2020.

Ce sommet réunira deux autres dirigeants qui obtiennent des opinions favorables au sondage: la chancelière allemande Angela Merkel, qui a obtenu une «opinion positive» de 77 % des personnes interrogées dans 16 pays, et le président français Emmanuel Macron, à 63 %. À titre de comparaison, le président russe, Vladimir Poutine, n’a gagné la confiance que de 23 % des personnes interrogées, et seulement 20 % ont dit la même chose du président chinois, Xi Jinping. 

Biden moins «dangereux» 

Plus de 80 % des répondants au Canada ont également approuvé plusieurs initiatives de politique étrangère du président démocrate américain, notamment le retour des États-Unis au sein de l’Organisation mondiale de la santé et de l’accord de Paris sur le climat, ainsi que son projet d’accueillir un sommet sur l’avenir de la démocratie. Les trois quarts des répondants canadiens saluent aussi l’idée d’autoriser davantage de réfugiés aux États-Unis.

Alors que 93 % des Canadiens décrivaient Donald Trump comme arrogant dans un sondage en 2017, seulement 11 % ont ressenti la même chose à propos de M. Biden. De même, là où 72 % ont décrit l’ancien président comme dangereux il y a quatre ans, 15 % seulement disent la même chose de son successeur.

Interrogés sur les États-Unis en tant que partenaire international, 68 % des Canadiens interrogés l’ont décrit comme «très» ou «assez fiable», tandis que 32 % ont qualifié les Américains de «pas très fiables» ou «pas du tout fiables».

La prévisibilité et la cohérence ont joué un rôle important dans le renforcement de cette confiance à la suite de l’ère Trump, estime Mark Green, président-directeur général du Wilson Center, de Washington, et ancien ambassadeur des États-Unis en Tanzanie sous l’administration de George W. Bush.

Le prédécesseur de M. Biden avait activement fait de l’imprévisibilité une pierre angulaire de la politique étrangère américaine, tandis que le président actuel a adopté une approche beaucoup plus familière, explique M. Green. «Ce que nous avons vu du président Biden est quelque chose de beaucoup plus traditionnel en politique étrangère, y compris en politique étrangère américaine: [la prévisibilité], a-t-il dit. Cela, pour moi, alimente la politique étrangère de Biden, au moins au début. Et c’est quelque chose qui, je pense, est probablement très réconfortant pour les pays où on a mené le sondage.»

Seulement 39 % des répondants au Canada ont décrit le système politique américain comme fonctionnant «très bien» ou «plutôt bien», comparativement à 60 % qui ont estimé le contraire. «Les idéaux démocratiques sont également populaires dans le monde, et les États-Unis ont souvent été considérés à certains égards comme un modèle de démocratie, a déclaré M. Wike. Ce que nous voyons dans ce sondage, c’est que l’opinion dominante, de loin, est que les États-Unis étaient un bon modèle de démocratie, mais ne le sont plus.»

Laisser un commentaire