Les experts revoient à la baisse leurs prévisions de la saison des ouragans

Cette saison des ouragans sera peut-être un peu plus calme que prévu initialement, mais elle sera probablement plus active que la normale, selon des spécialistes des prévisions. 

La National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) a revu à la baisse jeudi ses perspectives concernant la saison des ouragans, passant de 65 % de chances d’activité supérieure à la normale à 60 %, et a augmenté les chances d’une saison normale de 25 % à 30 % en raison de la température inégale de la surface de la mer, y compris une zone d’eau plus fraîche au large du Portugal. 

Certaines parties de l’Atlantique sont plus chaudes que la normale, mais la variabilité a fait reculer les experts sur la partie la plus élevée de leurs prévisions, a déclaré le principal spécialiste en prévision des ouragans de la NOAA, Matthew Rosencrans.

L’agence météorologique prédit maintenant 14 à 20 tempêtes auxquelles un nom officiel ait attribué au lieu des 14 à 21 prévues en mai. Le nombre prévu d’ouragans reste le même, soit de 6 à 10, tandis que les tempêtes d’au moins 180 km/h devraient maintenant être de 3 à 5 au lieu de 3 à 6. Les prévisions incluent les trois tempêtes tropicales qui se sont formées en juin et début juillet, ce qui correspond à la moyenne pour cette période de l’année, mais qui est plus calme que ces dernières années.

Une saison moyenne compte 14 tempêtes tropicales ayant un nom officiel, dont sept deviennent des ouragans et trois d’entre elles sont majeures, selon la NOAA. Il y a eu 21 tempêtes nommées l’année dernière, un record de 30 en 2020 et 18 en 2019.

«Alors que les tropiques ont été relativement calmes au cours du mois dernier, rappelez-vous qu’il suffit d’une seule tempête pour dévaster une communauté. Ceci est particulièrement critique alors que nous nous dirigeons vers ce que l’équipe ici prévoit être un pic chargé de la saison», a annoncé M. Rosencrans lors d’un point de presse.

La persistance de La Niña — le refroidissement naturel de certaines parties du Pacifique qui modifie le climat dans le monde entier — la faiblesse des vents alizés et des températures de l’eau plus élevées que la normale dans l’Atlantique laissent présager une saison active, a indiqué M. Rosencrans. Mais les zones d’eau fraîche, avec des températures plus proches de la normale que prévu à l’origine à certains endroits, «pourraient en quelque sorte freiner l’activité», a-t-il expliqué. 

La Colorado State University, qui a été la pionnière des prévisions de la saison des ouragans, a également revu à la baisse ses prévisions pour la saison par rapport à ce qu’elle avait annoncé en avril. L’école prévoit maintenant 18 tempêtes nommées, contre 19, dont huit deviendront des ouragans, contre neuf auparavant. L’État du Colorado prévoit quatre ouragans majeurs, comme il l’avait prévu en avril.

«Je ne pense pas que la saison sera ratée, mais elle prend son temps pour démarrer», a soutenu Phil Klotzbach, chercheur sur les ouragans à la Colorado State University et chef de l’équipe de prévision de l’école.

M. Klotzbach a déclaré que cette année sera marquée par la force de La Niña et des températures de l’eau plus proches de la moyenne qui semble similaire à 1999, 2000, 2011 et l’année dernière, qui a été secouée par l’ouragan dévastateur Ida qui a frappé la Louisiane et s’est abattu sur le nord-est avec de fortes pluies, causant de nombreux décès dans la région de New York.

«Espérons que nous n’aurons pas d’Ida cette année, mais l’environnement général est très similaire», a spécifié M. Klotzbach.

Environ 90 % des tempêtes de l’Atlantique se produisent à partir d’août. La saison des ouragans culmine de la mi-août à la mi-octobre et se termine le 30 novembre.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.