Les exportations non liées aux ressources naturelles ont contrebalancé le ralentissement économique

Une nouvelle étude suggère que les exportations canadiennes des secteurs autres que celui des ressources naturelles ont contrebalancé le ralentissement provoqué par la baisse du prix des matières premières.

Ce document de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) souligne que les entreprises du secteur des ressources naturelles demeurent vulnérables, ajoutant que le reste de l’économie commence à être en mesure de prendre le relais.

L’organisme établi à Paris affirme que ce virage vers les secteurs non énergétiques s’est traduit par la création de nouveaux emplois.

L’analyse de l’OCDE a été dévoilée lundi matin alors que le ministre des Finances, Bill Morneau, rencontrait le secrétaire général de l’organisme international, Angel Gurria.

L’étude affirme que la faiblesse du dollar canadien a permis une transition plus facile vers les secteurs non énergétiques.

Elle note également une augmentation marquée du prix des propriétés dans des grands centres comme Toronto et Vancouver, ce qui contribue à faire grimper l’endettement des ménages.

Ces facteurs, indique l’OCDE, ajoutent une pression supplémentaire sur les familles de la classe moyenne.

Du côté du marché immobilier, l’organisme note que le gouvernement fédéral a pris certaines mesures, comme l’augmentation des mises de fonds pour les prêts hypothécaires assurés de plus de 500 000 $.