Les familles peuvent parler aux résidents par la fenêtre, dit le maire d’Ottawa

OTTAWA — Le maire d’Ottawa, Jim Watson, a ordonné aux établissements de soins de longue durée de la ville de trouver un moyen pour permettre de nouveau aux membres de la famille d’un résident de venir le voir par la fenêtre.

Dans une lettre envoyée cette semaine, les quatre établissements de soins municipaux avaient dit aux familles de cesser de se rendre sur leur terrain. Ils avaient expliqué que des visiteurs n’avaient pas respecté les règles de distanciation censées protéger les résidents de la COVID-19.

Cette décision a provoqué la colère des familles qui n’ont pas été autorisées à rendre visite à leurs proches depuis plusieurs semaines, ainsi que celle de conseillers municipaux.

Cela a également suscité une réponse passionnée du premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, dont la famille a rendu visite à sa propre belle-mère testée positive pour la COVID-19.

«C’est tout simplement injuste, a-t-il déclaré jeudi lors d’une conférence de presse à propos de la décision d’Ottawa. On doit réfléchir à ces choses. Allez rendre visite à vos proches, en ce qui me concerne, c’est essentiel. Et j’espère que ce ne sera pas la dernière fois que vous les verrez. Moi, j’irais près de la fenêtre.»

Dans une note transmise jeudi au conseil municipal, soit après l’ordre lancé par le maire, la directrice générale des services sociaux de la ville a souligné qu’il était difficile d’imposer une telle restriction.

Donna Gray convient que les résidents des centres de soins de longue durée dépendent du contact avec leurs proches pour leur bien-être physique et émotionnel.

«[Mais] à plusieurs reprises, les visiteurs n’ont pas respecté les exigences de la distance physique et ont été en contact direct avec le personnel et les résidents, mettant les résidents et le personnel en danger», a-t-elle écrit.

Environ 700 personnes vivent dans les quatre centres de soins de longue durée gérés par la ville d’Ottawa. Quatre membres du personnel ont été déclarés positifs à la COVID-19, mais aucun résident ne l’a encore été, a mentionné Mme Gray.

En raison des températures plus chaudes qui approchent, un plus grand nombre de résidents sortiront à l’extérieur s’ils le peuvent. Ils auront des contacts plus fréquents avec des étrangers que s’ils restaient autour des immeubles, a-t-elle ajouté.

Le maire Watson veut qu’un nouveau plan soit en place d’ici le 7 mai. La note de service de Mme Gray indique que les maisons de soins collaboreront avec le centre de santé local pour que «les familles et les résidents se voient dans un environnement supervisé et programmé afin de respecter la distance physique pour la sécurité et la santé des résidents et du personnel».

Les plus populaires