Les femmes au coeur du marathon annuel d’écriture d’Amnistie internationale

MONTRÉAL — Amnistie internationale Canada francophone a lancé son marathon annuel d’écriture, mercredi, qui est cette fois-ci entièrement consacré aux femmes.

Ce sont donc dix femmes emprisonnées ou dont les droits sont bafoués qui pourront recevoir cette année des messages d’encouragement de la part de la population québécoise par le biais de cartes postales virtuelles.

Cette initiative du chapitre canadien francophone s’inscrit dans le cadre de la campagne mondiale d’Amnistie internationale.

Selon l’organisme, sur les 161 personnes emprisonnées qu’elle a soutenues, 124 ont été libérées entre 2000 et 2018.

L’an dernier, plus de 5,5 millions de cartes de vœux ont été envoyées dans plus de 208 pays et territoires, ajoute Amnistie. De ce nombre, près de 67 000 provenaient du Québec.

Cette année, l’organisme s’est fixé un objectif de 80 000 messages d’espoir envoyés du Québec.

L’ancienne députée solidaire Françoise David, qui est porte-parole du marathon pour la section Canada francophone, a appelé les Québécois à s’impliquer dans la campagne.

«Chez moi, j’écris une carte, ça me prend deux minutes sur le web. Si des milliers de gens le font à travers le monde, nous avons des prisonnières et des prisonniers d’opinion qui reçoivent des centaines de cartes dans leurs prisons et leurs conditions de détention sont adoucies, et on finit par les libérer», s’est-elle exclamée.

La campagne prendra fin en janvier.

________

Voici les dix femmes à qui des cartes peuvent être envoyées:

AMAL FATHY — Égypte

Emprisonnée pour son travail de sensibilisation en faveur des personnes arrêtées pour leur participation à des manifestations.

ATENA DAEMI — Iran

Emprisonnée pour avoir écrit des publications contre la peine de mort sur les médias sociaux.

AWAD — Soudan

Réfugiée en Égypte, car les autorités soudanaises l’ont menacée en raison de ses activités de défense des droits de la personne.

GERALDINE CHACÓN — Venezuela

Militante pour les droits des jeunes, elle est persécutée par les autorités.

GOULZAR DUISHENOVA — Kirghizistan

Ayant perdu l’usage de ses jambes dans un accident de voiture, elle lutte pour que les personnes handicapées aient un meilleur milieu de vie.

MARIELLE FRANCO — Brésil

Elle a été abattue dans sa voiture en mars dernier, après avoir dénoncé des exécutions illégales commises par la police.  

NAWAL BENAISSA — Maroc

Emprisonnée pour avoir défendu les habitants de sa région, dont la plupart se sentent oubliés par le gouvernement.

NONHLE MBUTHUMA — Afrique du Sud

Elle a survécu à une tentative d’assassinat après avoir milité contre une société minière.

PAVITRI MANJHI — Inde

Chef d’un village, elle est menacée pour avoir aidé les habitants à porter plainte contre des entreprises qui veulent installer deux centrales électriques, forçant sa communauté à vendre ses terres.

VITALINA KOVAL — Ukraine

Militante pour les LGBTQ, elle a été agressée après avoir organisé une manifestation pacifique pour le droit des femmes.

Les plus populaires