Les femmes et les ainés respectent davantage les mesures sanitaires

MONTRÉAL — Les femmes et les personnes les plus âgées affirment respecter davantage les différentes mesures sanitaires recommandées par la santé publique. En revanche, les jeunes sont davantage portés à avoir une «vision complotiste» concernant la pandémie.

Ce sont quelques éléments qui ressortent du sondage sur les attitudes et comportements des adultes québécois réalisé par l’Institut national de la santé publique du Québec (INSPQ) depuis le début de la pandémie de COVID-19.

Les femmes sont plus nombreuses à respecter les consignes. Ainsi, 92% d’entre elles affirment qu’elles évitent de donner la main ou faire la bise contre 86% des hommes et 98% des femmes disent porter le masque dans les lieux publics contre 93% des hommes.

En décortiquant les résultats par catégories d’âges, on se rend compte que plus les gens sont âgés, plus ils affirment respecter les règles sanitaires.

Par exemple, 68% des 60 ans et plus ont répondu qu’ils restaient toujours à deux mètres de leurs collègues et des autres personnes au travail, contre 58% des 45 – 59 ans, 49% des 25 – 44 ans et seulement 35% des 18-24 ans.

Plus les répondants sont scolarisés, plus ils ont tendance à affirmer qu’ils respectent la distance de deux mètres au travail.

Ainsi, 62% des détenteurs d’un diplôme universitaire ont indiqué qu’ils respectaient toujours la distanciation au travail, contre 49% des détenteurs d’un diplôme collégial et 47% de ceux qui détiennent un diplôme d’études secondaires (DES) ou moins.

Toutefois, le respect des deux mètres au travail est la seule mesure pour laquelle l’adhésion diffère de façon significative selon la scolarité.

Par exemple, 73% des répondants qui possèdent un diplôme universitaire affirment se laver les mains plusieurs fois par jour, ce qui est le même pourcentage exactement que ceux qui ont un diplôme d’étude secondaire ou moins.

L’adhésion au port du masque est sensiblement le même, environ 95%, peu importe la scolarité.

Évolution de l’adhésion aux mesures

Les sondeurs ont également créé un score pour mesurer l’adhésion de la population, à travers le temps, à trois mesures sanitaires importantes; le lavage des mains, la distanciation physique et l’évitement des foules.

Pendant la dernière semaine du mois de septembre, 34% des répondants indiquaient qu’ils suivaient «toujours» ces trois mesures, tandis qu’ils étaient 51% à affirmer la même chose lors de la première semaine du mois de février.

Que ce soit à l’automne ou pendant l’hiver, le sondage révèle un écart de 10% en faveur des femmes pour l’adhésion aux trois mesures.

Perception de la crise

La majorité des répondants, 57% croient que nous traversons actuellement le pire de la crise contre 21 % qui disent que le pire est derrière nous et la même proportion de répondants sont d’avis que le pire est à venir.

Le tiers des répondants, 27%, sont d’accord avec l’affirmation selon laquelle «le gouvernement et les médias exagèrent» la crise, mais une forte majorité, 65% sont en désaccord avec cette affirmation.

Les jeunes et les moins scolarisés adhèrent plus à une vision complotiste

Les répondants ont également été questionnés sur leur adhésion à certaines théories du complot.

Par exemple, 28% des Québécois interrogés croient que «les politiciens ne nous disent généralement pas ce qui motive leurs décisions» liées à la COVID-19.

Plusieurs affirmations du genre ont été présentées aux participants et ceux qui considéraient comme «vraies» la majorité de ces affirmations ont été qualifiés comme ayant «une vision du monde complotiste».

Plus les répondeurs sont scolarisés et moins ils ont une vision complotiste. Ainsi, 13% des universitaires ont une vision complotiste, contre 24% de ceux qui ont un diplôme d’études secondaires ou moins.

Ce sont les tranches d’âge les plus jeunes qui sont les plus enclines à adhérer à une vision du monde complotiste alors que le sondage montre que sur ce sujet, il n’y a pas de différence entre les hommes et les femmes.

Forte adhésion à la vaccination

Les Québécois sont nombreux, 76%, à affirmer qu’ils se feront vacciner contre la COVID-19 dès que ce sera possible.

Ils sont 14% à refuser de se faire vacciner et 10% ont répondu qu’ils ne le savaient pas.

Méthodologie

Depuis juillet 2020, 3 300 adultes répondent au sondage web de l’INSPQ chaque semaine. Comme ces faits saillants sont présentés aux deux semaines, l’INSPQ indique que les résultats portent sur les réponses d’environ 6 600 participants.

Le questionnaire d’environ 60 questions est ajusté selon l’évolution de la pandémie et l’INSPQ précise que les résultats doivent être interprétés avec prudence étant donné l’échantillonnage non probabiliste.

Laisser un commentaire