Les fonctionnaires fédéraux se préparent pour un retour au bureau

OTTAWA — Les quelque 250 000 fonctionnaires fédéraux du Canada sont en train de se préparer à un éventuel retour dans leur milieu de travail, bien que plusieurs d’entre eux devraient continuer de travailler à distance pour l’instant.

Les préparatifs, qui comprennent la distribution d’un guide de 30 pages, interviennent alors que les provinces continuent d’assouplir les restrictions imposées en raison de la pandémie de COVID-19 et que davantage de Canadiens retournent à leurs bureaux et dans d’autres lieux de travail.

La grande majorité des fonctionnaires fédéraux travaillent à domicile depuis la mi-mars, période pendant laquelle plusieurs ont été appelés à aider à mettre en place d’énormes nouveaux programmes de soutien pour les Canadiens touchés par la pandémie.

Dans un message adressé aux fonctionnaires lundi matin, le président du Conseil du Trésor, Jean-Yves Duclos, affirme que la réouverture des bureaux fédéraux variera en fonction des directives locales et des exigences de chaque ministère.

«La réouverture de l’accès aux lieux de travail fédéraux sera progressive et variera d’une organisation à l’autre, en fonction des circonstances opérationnelles de chacune», a exposé le ministre Duclos, en ajoutant que la santé et la sécurité des employés demeureront prioritaires.

«La planification est guidée par les décisions des autorités de la santé publique, y compris l’administratrice en chef de la santé publique du Canada, et tient compte de la situation locale en matière de santé publique et de la nature du travail.»

La fonction publique fédérale a été félicitée pour la rapidité avec laquelle elle a mis en œuvre une variété de programmes de soutien tels que la Prestation canadienne d’urgence pendant la pandémie.

Mais elle a également été critiquée pour la fermeture des bureaux de Service Canada à travers le pays, alors que les employés au salaire minimum des épiceries et autres lieux de travail ont continué de travailler.

Des inquiétudes ont également été exprimées quant à l’impact du télétravail sur le système fédéral d’accès à l’information ainsi que sur les tâches nécessitant l’accès à des documents sensibles, notamment sur le plan de l’approvisionnement militaire.

Certains se sont aussi demandé si bon nombre de fonctionnaires finiraient par travailler à domicile de façon permanente, ce qui fait écho aux questionnements de nombreuses autres industries.

Le guide dévoilé lundi comprend des instructions à l’intention des cadres afin qu’ils tiennent compte des besoins spécifiques des ministères, de même que de la situation personnelle et familiale des employés.

«Les employés dont le travail peut être effectué à distance devraient continuer à profiter des récents investissements dans l’infrastructure informatique et les compétences numériques, selon ce que permettent le travail et l’équipement», peut-on y lire.

«Les employés considérés comme vulnérables, tels que définis par les agences de santé publique, devraient être soutenus pour continuer de travailler à distance lorsque possible; cela comprend les personnes atteintes de maladies chroniques ou immunodéprimées (ou vivant avec d’autres personnes qui remplissent ces critères).»

Le guide fait clairement comprendre que le retour à la «normale» prendra du temps, tout en laissant la porte ouverte à l’idée selon laquelle certains fonctionnaires fédéraux pourraient rester à domicile pour de bon.

Les ministères et autres organismes fédéraux ont également reçu la directive de surveiller et signaler les cas de COVID-19 au sein de leur personnel, ce qui comprend le suivi des incidents où des employés refusent de travailler pour des raisons de sécurité.

Ces données contribueront à «la prise de décisions sur le retour en milieu de travail dans une perspective de santé sécurité», précise le guide.