Les Forces canadiennes dévoilent le premier des 16 nouveaux avions de recherche

OTTAWA — L’interminable processus d’acquisition de nouveaux avions de sauvetage pour l’armée canadienne est presque terminé: le gouvernement fédéral a présenté vendredi le premier des 16 nouveaux appareils de la flotte.

Le dévoilement à la base des Forces canadiennes de Comox, en Colombie-Britannique, survient après plus de 15 ans de controverses et de soubresauts pour trouver des appareils devant remplacer les vieux avions Buffalo et Hercules utilisés par l’armée pour secourir des personnes en détresse.

Le gouvernement conservateur de Stephen Harper avait relancé la recherche d’un nouvel avion il y a plus de dix ans après que l’armée a été accusée d’avoir faussé le jeu en faveur d’un avion en particulier, pour un contrat de plusieurs milliards de dollars.

Les autorités de tout le pays reçoivent environ 10 000 appels de détresse par année et, bien que la plupart soient traités par les provinces ou les territoires, les militaires interviennent chaque année dans environ 750 cas plus risqués.

Le personnel militaire de recherche et de sauvetage utilise souvent des avions et des hélicoptères spécialisés pour déployer des secouristes dans des régions éloignées, comme les montagnes, l’Arctique ou l’un des trois océans entourant le Canada, lorsqu’il y a des écrasements d’avion ou des naufrages de navires, par exemple.

«Airbus est vraiment fier de pouvoir célébrer cette étape importante: l’arrivée du premier des 16 avions de recherche et de sauvetage à voilure fixe C295W à la base des Forces canadiennes de Comox, a déclaré le grand patron d’Airbus Defence and Space, Dirk Hoke, dans un communiqué. Malgré la pandémie actuelle, nous sommes convaincus de pouvoir atteindre l’objectif de livrer six avions d’ici la fin de l’année.»

Pas avant la mi-2022

Pourtant, l’arrivée du premier avion de la flotte, un modèle que le gouvernement surnomme le «Kingfisher», ne signifie pas la fin de la saga: l’Aviation royale canadienne doit encore procéder à des essais pendant plusieurs mois et former les équipes de recherche et de sauvetage à travailler avec le nouvel appareil.

Troy Crosbie, qui supervise les achats militaires au ministère de la Défense nationale, a déclaré que les avions «Kingfisher» commenceraient à effectuer leurs premières missions complètes au milieu de l’année 2022, deux ans plus tard que prévu.

«Ça devait avoir lieu plus tôt, a indiqué M. Crosbie. Il y a du retard par rapport à ce que nous avions initialement prévu.»

En conséquence, la flotte actuelle de six avions DHC-5 Buffalo et de sept avions CC-130H Hercules — qui ont tous environ 50 ans — continuera de voler même si les deux types d’avions devaient être retirés il y a cinq et trois ans, respectivement.

Les besoins d’entretien de ces avions augmentent avec le temps et les pièces de rechange sont devenues plus difficiles à trouver; il a fallu recourir à des pièces provenant d’un musée de Trenton, en Ontario, en 2014 pour réparer un Hercules défectueux.

Le vérificateur général du Canada a également soulevé des préoccupations quant à l’état de ces appareils dans un rapport cinglant en 2013, soulignant que les avions Buffalo n’avaient pas été disponibles lors de 119 demandes d’intervention en 2011. Dans cinq de ces cas, aucun autre avion n’était disponible pour répondre à des appels d’urgence.

Laisser un commentaire
Les plus populaires