Les forces ukrainiennes continuent d’avancer sur Kherson

KYIV, Ukraine — Les forces ukrainiennes ont continué à faire pression sur les positions russes à Kherson vendredi, ciblant les routes de ravitaillement à travers le Dniepr alors que Kyiv se rapprochait d’un assaut à grande échelle pour reprendre la ville portuaire stratégique du sud.

Pas moins de 2000 recrues russes ont afflué vers la région de Kherson «pour reconstituer les pertes et renforcer les unités sur la ligne de front», selon l’état-major de l’armée ukrainienne.

Le pont Antonivskyi, qui se trouve sur une route principale reliant la Crimée aux territoires sous contrôle russe dans le sud de l’Ukraine, a été touché jeudi soir, a déclaré Natalia Humeniuk, porte-parole du commandement opérationnel du sud de l’Ukraine, mais seulement après 22 heures, heure locale et heure du couvre-feu, pour éviter les pertes civiles.

«Nous n’attaquons pas les civils et les municipalités», a assuré Mme Humeniuk à la télévision ukrainienne après que Kirill Stremousov, le chef adjoint de l’administration régionale installé à Moscou, ait affirmé qu’au moins quatre civils avaient été tués à la suite des frappes ukrainiennes.

M. Stremousov a déclaré que l’attaque s’était produite environ 40 minutes après le début du couvre-feu. Treize autres personnes ont été blessées, a déclaré le haut responsable de la santé de Kherson, Vadim Ilmiyev. Parmi les morts et les blessés figuraient des journalistes de la chaîne de télévision russe «Tamvria», selon M. Stremousov.

Des frappes ukrainiennes antérieures avaient rendu le pont Antonivskyi inutilisable, incitant les autorités russes à mettre en place des traversiers et des ponts flottants pour acheminer les fournitures aux troupes russes à Kherson, qui se trouve sur la rive ouest du Dniepr. Ces points de passage ont été régulièrement ciblés par des roquettes ukrainiennes.

Les responsables installés par la Russie ont exhorté les habitants à évacuer la ville de Kherson pour leur sécurité et pour permettre à l’armée de construire des fortifications. L’armée ukrainienne a rapporté vendredi que les employés de banque, le personnel médical et les enseignants avaient commencé à être évacués, alors que les infrastructures de la ville commençaient également à se dégrader. Au moins 15 000 des quelque 60 000 habitants qui devraient partir ont déjà été déplacés de la ville et des environs.

La ville de Kherson, avec une population d’avant-guerre d’environ 284 000 habitants, a été l’une des premières zones urbaines capturées par la Russie lorsqu’elle a envahi l’Ukraine, et elle reste la plus grande ville qu’elle détient. C’est une cible de choix pour les deux parties en raison de ses industries clés et de son important port fluvial.

Kherson, Louhansk, Donetsk et Zaporijjia ont été illégalement annexées par le président russe Vladimir Poutine, même si tout le territoire n’est pas sous contrôle russe. Il a ensuite imposé la loi martiale plus tôt cette semaine dans le but d’affirmer l’autorité russe au milieu d’une série de revers militaires et de vives critiques internationales.

Dans la région de Donetsk, deux personnes ont été tuées au cours des dernières 24 heures après que les forces russes aient bombardé la ville de Bakhmout, a déclaré le gouverneur régional Pavlo Kyrylenko. Les troupes russes sont incapables d’avancer vers la ville depuis plus d’un mois maintenant.

Une dizaine de personnes ont été blessées lors de deux attaques russes dans la ville orientale de Kharkiv, selon le gouverneur régional Oleh Syniehubov.

Au milieu des combats, le Kremlin a insisté vendredi sur le fait que M. Poutine était ouvert aux négociations «depuis le tout début» et que «rien n’a changé» à cet égard.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a déclaré aux journalistes que M. Poutine «avait tenté d’engager des pourparlers avec l’OTAN et les États-Unis avant même l’opération militaire spéciale» ― le terme russe désignant sa guerre en Ukraine.

M. Peskov s’exprimait à la suite des remarques précédentes du président turc Recep Tayyip Erdogan, qui a déclaré que M. Poutine semblait être «beaucoup plus doux et plus ouvert aux négociations» avec l’Ukraine que par le passé.

Pendant ce temps, le déploiement par la Russie d’avions et de troupes sur des bases aériennes en Biélorussie a soulevé le spectre d’un autre front à la frontière nord de l’Ukraine, bien que les responsables aient déclaré qu’une telle décision était peu probable.

L’état-major de l’armée ukrainienne a fait état d’une probabilité accrue qu’une telle attaque puisse viser à couper les voies d’approvisionnement en armes et équipements occidentaux. Le renforcement pourrait également viser à détourner les ressources ukrainiennes et à affaiblir toute contre-offensive dans le sud.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.