Les frontalières américaines sont mises à rude épreuve face aux migrants attendus

EL PASO, Texas — Le long de la frontière sud des États-Unis, deux villes – El Paso, au Texas et Ciudad Juarez au Mexique – se sont préparées dimanche à une vague de 5000 nouveaux migrants par jour alors que les restrictions à l’immigration en période de pandémie expirent cette semaine. 

Des plans de logement d’urgence, de nourriture et d’autres éléments essentiels sont mis en place pour pallier à une potentielle crise. 

Du côté mexicain de la frontière internationale, il y avait seulement des tas de vêtements, de chaussures et de sacs à dos abandonnés sur les rives du Rio Grande, où il y a quelques jours encore, des centaines de personnes faisaient la queue pour se présenter aux autorités américaines. 

Un jeune homme de l’Équateur était incertain du côté mexicain ; il a demandé à deux journalistes s’ils savaient quoi que ce soit sur ce qui se passerait s’il se rendait sans avoir une personne qui le parraine aux États-Unis. 

Il a rejoint une file d’une douzaine de personnes du côté des États-Unis qui attendaient, sans aucun responsable américain en vue, près d’une petite clôture gardée par plusieurs véhicules de la patrouille frontalière. 

Le juge du comté d’El Paso, Ricardo Samaniego, a déclaré dimanche à l’Associated Press que la région, qui abrite l’un des passages frontaliers les plus fréquentés du pays, coordonnait les efforts de logement et de relocalisation avec des groupes et d’autres villes, et faisait appel à l’aide humanitaire de l’État et du gouvernement fédéral. 

La région se prépare à un afflux de nouveaux arrivants qui pourraient doubler leur nombre quotidien une fois que la règle de santé publique «Titre 42» prendra fin mercredi.

La mesure a permis de dissuader plus de 2,5 millions de migrants de traverser depuis mars 2020.

Samedi, le maire d’El Paso, Oscar Leeser, a publié une déclaration d’urgence pour obtenir des ressources supplémentaires au niveau local et de l’État pour la construction d’abris et d’autres aides d’urgence. 

M. Samaniego, le juge du comté, a déclaré que la demande est survenue un jour après que les responsables d’El Paso ont envoyé au gouverneur du Texas, Greg Abbott, une lettre demandant une aide humanitaire pour la région, ajoutant que la demande concernait des ressources pour aider à soigner et à relocaliser les migrants nouvellement arrivés, pas des forces de sécurité supplémentaires.

M. Samaniego a dit qu’il n’avait reçu aucune réponse à la demande et prévoyait de publier une déclaration d’urgence similaire à l’échelle du comté spécifiant le type d’aide dont la région a besoin si la ville ne reçoit pas bientôt une aide de l’État. 

Il a exhorté le gouvernement fédéral et les États à fournir de l’argent supplémentaire, ajoutant qu’ils avaient une stratégie en place, mais qu’ils manquaient de ressources financières, essentielles et bénévoles.

À partir de mercredi, les responsables d’El Paso uniront tous leurs forces dans un centre de commandement d’urgence à guichet unique, a expliqué M. Samaniego, de la même manière que leur approche de l’urgence COVID-19. 

D’ici là, ils se coordonnent avec des organisations pour leur fournir un logement temporaire en attendant de trouver une personne qui les parraine, puis de les relocaliser dans de plus grandes villes où ils peuvent être transportés par avion ou par bus vers leurs destinations finales. 

En mars encore, El Paso était le cinquième secteur le plus fréquenté parmi les neuf secteurs de la patrouille frontalière mexicaine. La région est soudainement devenue la plus fréquentée, et de loin, en octobre, devançant Del Rio (Texas), qui avait lui-même remplacé la vallée du Rio Grande au Texas en tant que corridor le plus fréquenté à la vitesse de l’éclair à la fin de l’année dernière. 

La raison pour laquelle El Paso est devenu un aimant aussi puissant ces derniers mois n’est pas claire. Le secteur attire un nombre particulièrement élevé de migrants depuis septembre.

Pendant ce temps, un groupe d’environ 300 migrants a commencé à marcher vers le nord samedi soir depuis une zone proche de la frontière entre le Mexique et le Guatemala avant d’être arrêté par les autorités mexicaines. 

Certains voulaient arriver le 21 décembre, croyant à tort que la fin de la mesure signifierait qu’ils ne pourraient plus demander l’asile. 

La désinformation sur les règles d’immigration américaines est souvent répandue parmi les migrants. Le groupe est composé en grande partie de Centraméricains et de Vénézuéliens qui ont traversé la frontière sud du Mexique et ont attendu en vain des visas de transit ou de sortie, des formulaires migratoires qui auraient pu leur permettre de traverser le Mexique jusqu’à la frontière américaine.

«Nous voulons arriver aux États-Unis le plus vite possible, avant qu’ils ne ferment la frontière, c’est ce qui nous inquiète», a déclaré Erick Martínez, un migrant vénézuélien.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.