Les fruits de mer protégeraient les aînés du déclin cognitif

MONTRÉAL – Un repas de fruits de mer ou d’autres aliments riches en acides gras oméga-3 au moins une fois par semaine semble protéger les aînés des pertes de mémoire associées à l’âge et des troubles de la pensée, selon une étude réalisée par des chercheurs néerlandais.

Les scientifiques ont constaté que ces deux problèmes se détérioraient plus rapidement chez les aînés qui consommaient des fruits de mer moins d’une fois par semaine, comparativement à ceux qui en consommaient au moins une fois par semaine.

L’étude a porté sur 915 sujets ayant un âge moyen de 81,4 ans. Aucun ne présentait de signes de démence au début de l’étude. Chaque sujet a été soumis à des tests cognitifs chaque année et a dû répondre à un questionnaire annuel sur ses habitudes alimentaires.

Les questionnaires comprenaient quatre types de fruits de mer: les sandwichs au thon; les bâtonnets de poisson; le poisson frais comme repas principal; et les crevettes, le homard et le crabe. Les participants ont été divisés en deux groupes: ceux qui en mangeaient plus d’une fois par semaine, et ceux qui en mangeaient moins d’une fois par semaine. Les plus grands consommateurs en mangeaient deux fois par semaine, et les plus petits consommateur 0,5 fois par semaine.

Les résultats sont demeurés inchangés même en tenant compte de facteurs comme l’éducation, la sédentarité, le tabagisme et la participation à des activités intellectuelles stimulantes.

Les fruits de mer sont une source alimentaire direct d’un type d’acide gras oméga-3 (l’acide docosahexanoïque) qui est la principale composante structurale du cerveau.

Les conclusions de cette étude sont publiées dans le journal médical Neurology.