Les glaciers rapetissent de plus en plus rapidement, surtout en Amérique du Nord

Une nouvelle étude qui utilise des millions d’images satellites offre un portrait plus clair que jamais du sort des glaciers dans le monde.

Le coauteur de l’étude, Brian Menounos, de l’Université du nord de la Colombie-Britannique (UNBC), affirme que ces glaciers deviennent plus petits, et ce, plus rapidement. De plus, les glaciers de l’ouest de l’Amérique du Nord s’amincissent plus rapidement que presque tous les autres dans le monde.

«Je ne pense pas que les humains aient besoin de plus de preuves que le climat change», a déclaré M. Menounos.

«Mais je pense aussi que nous ne pouvons pas baisser les bras et dire: « Oh, nous ne pouvons rien faire ». Nous devons comprendre les implications du changement climatique.»

Les scientifiques savent depuis longtemps que les 217 000 glaciers du monde sont en retrait.

Cependant, cette connaissance était fondée sur des images satellites relativement rares et une surveillance sur le terrain qui n’incluait pas tous les glaciers. M. Menounos et ses collègues se sont tournés vers une mine d’images jusque-là inutilisée qui leur a permis d’estimer la surface en des points précis avec une précision sans précédent.

«Nous avions (un supercalculateur) fonctionnant pendant une bonne année de temps de calcul», a-t-il indiqué.

Une fois qu’ils ont su jusqu’où la surface des glaciers était tombée, ils ont pu calculer la quantité de glace perdue. Les résultats sont inimaginables.

Selon l’étude publiée mercredi dans le journal «Nature», ce sont 267 milliards de tonnes qui fondent chaque année. Un milliard de tonnes seulement — une gigatonne — équivalent à la masse de 10 000 porte-avions entièrement chargés.

Autrement dit, c’est assez de glace qui fond chaque année pour couvrir toute la masse terrestre du Canada sur une profondeur de 30 centimètres.

Et le rythme s’accélère. Entre 2000 et 2004, au début de l’étude, les glaciers ont perdu «seulement» 227 gigatonnes par an.

Mais les glaciers de la colonne montagneuse ouest de l’Amérique du Nord — dont le Canada — fondent encore plus rapidement. Leur taux de fonte a quadruplé entre 2000 et 2019.

Les glaciers sont désormais responsables d’environ 21 % de l’augmentation de quelque 22 centimètres du niveau de la mer depuis 1880.

Cela ne s’arrêtera pas. D’ici la fin du siècle, environ 200 millions de personnes vivront sur des terres susceptibles d’être submergées à marée haute.

Les glaciers sont également une source cruciale d’eau douce, comme c’est le cas dans l’Ouest canadien. Le document cite des recherches suggérant que plus d’un milliard de personnes pourraient faire face à des pénuries d’eau d’ici 2050.

Cela n’inclut pas les autres avantages pour lesquels les humains comptent sur les glaciers. Ils gardent la fraîcheur des cours d’eau d’amont, par exemple.

«Si vous supprimez cette capacité de tampon thermique des glaciers, vous vous retrouverez dans une situation où ces écosystèmes aquatiques vont changer», a déclaré M. Menounos.

La hausse des températures causée par le changement climatique est de loin le principal moteur de la fonte des glaciers, a affirmé M. Menounos. 

Mais il a dit que son étude démontre que si les humains sont à l’origine du problème, ils peuvent également le freiner.

«Nous avons juste besoin du pouvoir, du courage et de la volonté de prendre des décisions difficiles», a fait valoir M. Menounos.

«Vous ne pouvez pas vraiment fabriquer une solution à ce problème. Vous devez atténuer et réduire les émissions de gaz à effet de serre.»

Laisser un commentaire