Les hôpitaux pourraient certainement se passer de la grippe saisonnière cette année

OTTAWA — L’administratrice en chef de la santé publique du Canada prévient que le pays pourrait bien connaître cette année sa première véritable saison grippale «classique» depuis le début de la pandémie, alors que les systèmes de santé luttent toujours contre une quatrième vague de COVID-19.

L’année dernière, le Canada avait été épargné par la grippe saisonnière, grâce aux mesures de santé publique strictes mises en place pour se protéger contre un autre virus plus redoutable, le SRAS-CoV-2. On constatait alors les vertus sanitaires du masque et de la distanciation contre toutes les infections microbiennes, petites et grandes.

Or, les données de surveillance de l’Agence de la santé publique du Canada montrent cette année des taux d’infection plus élevés que prévu pour certains des virus saisonniers les plus courants au pays, y compris le virus respiratoire syncytial, qui infecte surtout les très jeunes enfants.

La docteure Theresa Tam, administratrice en chef de la santé publique, a déclaré vendredi qu’une saison grippale intense pourrait exercer une pression accrue sur des systèmes de santé qui sont déjà fortement fragilisés par la pandémie.

C’est pourquoi la santé publique rappelle qu’il sera plus important que jamais que les Canadiens se fassent vacciner cette année contre la grippe saisonnière, pour éviter des complications comme la pneumonie et ainsi protéger la capacité des hôpitaux.

Au Québec, il est déjà possible de réserver sa place pour la vaccination contre l’influenza.