Les hospitalisations dues à la COVID-19 en hausse à Montréal

MONTRÉAL — Depuis deux semaines, les hospitalisations en raison de la COIVD-19 sont en «accélération» à Montréal. Et la majorité de ces patients ne sont pas adéquatement vaccinés, ont rapporté les autorités de santé publique de la région. 

La situation dans les hôpitaux de la métropole québécoise demeure fragile au moment où le taux d’occupation des civières peut atteindre certains jours 150 % et 160 %, a exposé la présidente-directrice générale du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal, Sonia Bélanger. 

Un total de 43 personnes sont présentement aux soins intensifs et 70 personnes se trouvent dans les unités d’hospitalisation dans les différents hôpitaux de Montréal. 

«Ces gens sont très malades. Ça vient créer une demande de soins accrue sur nos équipes qui ont été depuis les 20 derniers mois très, très sollicitées. Dans les hôpitaux, c’est malheureusement les personnes non vaccinées qui risquent d’engorger le réseau de la santé et des services sociaux au cours des prochaines semaines», a fait valoir Mme Bélanger, en point de presse mercredi après-midi. 

Dans les 28 derniers jours, 87 % des personnes hospitalisées n’avaient pas reçu deux doses de vaccin contre la COVID-19, tandis que 71 % des patients aux soins intensifs n’avaient obtenu aucune dose, a détaillé Mme Bélanger, rappelant l’importance de la vaccination pour se protéger. 

Cette pression sur les hôpitaux survient alors que le milieu est frappé par une importante pénurie d’infirmières. Sur les plus de 4000 infirmières manquantes, selon le ministre de la Santé Christian Dubé, 50 % des postes à combler se situent à Montréal, a estimé Mme Bélanger. 

Elle a cependant précisé que le réseau montréalais n’est pas en rupture de service. Le rattrapage pour les chirurgies s’accélère, assure la PDG, notamment grâce à des ententes avec des cliniques privées. En ce moment, 43 800 personnes sont en attente d’une opération dans la métropole. 

Mme Bélanger s’est également dite confiante qu’une forte majorité des travailleurs de la santé de Montréal seront adéquatement vaccinés d’ici le 15 octobre, comme l’exige Québec, à défaut de quoi ils pourraient se retrouver en congé sans solde s’il ne peuvent être replacés ailleurs dans le réseau. 

«On va tout faire pour vacciner nos employés. On élargit nos plages horaires, on fait de la vaccination mobile dans les installations. On veut tout faire pour ne pas arriver à avoir une rupture de service», a-t-elle affirmé. 

Actuellement, plus de 8000 personnes du réseau public montréalais resteraient à vacciner. 

Éclosions plus importantes en garderie

À Montréal, si la hausse des cas de COVID-19 se poursuit, la progression perd de la vitesse depuis la rentrée des classes, a indiqué la directrice de la santé publique régionale, Dre Mylène Drouin, mercredi lors d’un bilan de la situation. 

La métropole compte en moyenne 250 nouveaux cas par jour, touchant en particulier les 18 à 24 ans. Une augmentation est aussi observée chez les enfants de 11 ans et moins ainsi que chez les personnes âgées de plus de 85 ans depuis la dernière semaine. 

Malgré que plus de 80 % des nouveaux cas soient associés au variant Delta, Dre Drouin parle majoritairement de «petites éclosions», soit moins de cinq cas, dans les milieux de travail, de soins (CHSLD et résidences pour aînés) et scolaires. 

La taille des éclosions serait réduite grâce à la vaccination, mais aussi en raison du port du masque. À l’inverse, dans les services de garde, où le masque est absent chez les tout-petits, les éclosions s’avèrent souvent plus importantes, avec 10 et 15 cas. 

La vaccination progresse par ailleurs avec 74 % de la population totale  qui a reçu deux doses. «On ne voit pas de ralentissement dans la prise de rendez-vous pour la première et deuxième dose. Chaque jour, on a encore quelques milliers de personnes qui prennent rendez-vous, en plus de ceux qu’on va chercher avec nos cliniques éphémères», a relaté la Dre Drouin, qui a aussi constaté un effet du passeport vaccinal. 

Des initiatives se poursuivent pour rejoindre les quelque 300 000 personnes non adéquatement vaccinées, mais la Dre Drouin ne cache pas que la Santé publique de Montréal a épuisé ses idées de promotion.

Un effort supplémentaire doit être surtout porté auprès des jeunes de 12 à 17 ans où la couverture vaccinale après deux doses est la plus basse, affichant un taux de 63 %. 

Cet article a été produit avec le soutien financier des Bourses Facebook et La Presse Canadienne pour les nouvelles.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.