Les îles françaises Saint-Pierre et Miquelon veulent être dans la bulle de T.-N.-L.

SAINT-JEAN, T.-N.-L. — St-Pierre-et-Miquelon, un territoire français d’outre-mer situé tout près du Canada, souhaite se joindre à la bulle de Terre-Neuve-et-Labrador.

Le président du conseil territorial de Saint-Pierre-et-Miquelon a écrit cette semaine au premier ministre fédéral Justin Trudeau, lui demandant d’envisager d’autoriser des déplacements entre les îles françaises et la province canadienne.

Une copie de la lettre a aussi été envoyée au nouveau premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador, Andrew Furey.

St-Pierre-et-Miquelon n’a signalé que 24 cas de COVID-19 depuis le début de la pandémie. Pas moins de 71% des 6500 habitants des îles ont déjà reçu une première dose de vaccin, dit M. Briand.

Autoriser d’une façon ou d’une autre les déplacements vers Terre-Neuve pourrait être une première étape importante avant de permettre à ce territoire français de rejoindre la bulle atlantique, écrit-il.

La bulle atlantique permet aux résidents de voyager entre les quatre provinces les plus orientales du pays sans avoir à se mettre en quarantaine. La mesure a été suspendue depuis le début de la nouvelle vague de COVID-19, mais doit reprendre le 3 mai, si tout va bien.

Interrogé à ce sujet, M. Furey a dit qu’il y a de nombreuses considérations à examiner, mais que la décision ultime sera prise à Ottawa.

Le maire de ville terre-neuvienne de Fortune, Charles Penwell, dit souhaiter le retour des voyageurs venant des îles Saint-Pierre et Miquelon, tout comme de nombreuses entreprises touristiques de la région.

«Beaucoup de gens de Saint-Pierre ont une propriété sur la péninsule de Burin», a rappelé M. Penwell dans une entrevue. Selon lui, chaque année, jusqu’à 15 000 personnes se déplacent entre sa province et les îles françaises. Ils achètent des produits d’épicerie, mangent dans des restaurants, louent des voitures et se rendent à St. John’s pour magasiner, a-t-il ajouté.

«Leur absence a représenté un coup dur pour le secteur du tourisme», a-t-il souligné.

La France métropolitaine est en proie à une redoutable troisième vague mortelle de COVID-19. La maladie y a tué plus de 100 000 personnes depuis son apparition au printemps 2020.

 Chris Sheppard, le directeur général de Legendary Coasts, un groupe voué à l’encouragement au tourisme dans la région, dit que l’administration de M. Briand oblige tous les voyageurs venant à St-Pierre-Miquelon à suivre des protocoles stricts. Les arrivants doivent subir un test négatif trois jours avant de pouvoir repartir et ils doivent se placer en quarantaine pendant sept jours à leur arrivée, a-t-il déclaré. Pour sortir de l’isolement, il faut passer un autre test.

Faisant référence aux 1039 cas de COVID-19 signalés à Terre-Neuve-et-Labrador depuis le début de la pandémie, M. Sheppard plaisante en disant que c’est St-Pierre-Miquelon qui devrait être inquiet. «Franchement, c’est nous qui sommes le problème ici.»

Laisser un commentaire