Les inscriptions sont en hausse, après avoir été à la baisse durant deux ans

MONTRÉAL — Les cégeps ont vu une légère hausse des inscriptions dans leurs établissements lors de la rentrée, cette semaine, selon des données préliminaires diffusées par la Fédération des cégeps. Cette augmentation est vue comme une «bonne nouvelle» après deux années où la fréquentation des cégeps était à la baisse, mais les défis demeurent nombreux.

Selon la Fédération des cégeps, 175 474 étudiants étaient inscrits dans l’un des 48 cégeps de la province, entre le 1er et le 22 août, ce qui correspond à une augmentation de 1,4 % par rapport à la même période l’an dernier.

De ce nombre, 80 818 étudiants sont nouvellement inscrits au cégep, une hausse de 3 % en comparaison avec l’automne 2022. Ces chiffres pourraient toutefois changer, puisque les étudiants ont la possibilité d’annuler leurs cours jusqu’à la fin du mois de septembre.

Pour Bernard Tremblay, président-directeur général de la Fédération des cégeps, cette hausse de la fréquentation des établissements collégiaux est «une bonne nouvelle», mais encore faut-il que les étudiants complètent leur programme d’études.

«Le défi c’est de s’assurer que la persévérance sera au rendez-vous. Parce que, encore une fois, l’attrait du marché du travail peut faire en sorte que des jeunes s’inscrivent, mais décident d’abandonner en cours de route», affirme M. Tremblay en entrevue.

L’inflation et la hausse du prix des logements étudiants représentent aussi une «charge très lourde» pour les cégépiens, que le programme de prêts et bourses n’arrive pas à compenser, souligne M. Tremblay.

Les cégeps n’ont d’ailleurs pas encore «rattrapé le retard» quant au nombre d’inscrits causé par la pandémie, selon le président de la Fédération.

Une autre donnée préoccupante, pour M. Tremblay, est le fait que seulement 70,9 % des élèves passent directement du secondaire au cégep, ce qui demeure encore trop bas, selon lui.

«On a besoin d’être à l’écoute des jeunes», soutient M. Tremblay. Il souligne l’importance que les campus des cégeps soient des lieux stimulants, où les étudiants auront envie de poursuivre leurs études supérieures.

«Dans notre jargon, on dit souvent: un cégep, ce n’est pas une boîte à cours, ça doit être une expérience de vie», illustre-t-il.

Parmi les personnes inscrites au cégep cet automne, 45,7 % le sont dans un programme préuniversitaire. Les programmes de cette catégorie les plus fréquentés sont ceux de sciences humaines et de sciences de la nature.

D’autre part, 48,9 % des inscrits étudient dans un programme du secteur technique. Ceux qui comportent le plus d’étudiants sont les techniques en soins infirmiers et les techniques de l’informatique.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.