Les iPhones pourraient interférer avec les cardiostimulateurs et les défibrillateurs

MONTRÉAL — Les aimants qui permettent de recharger plus rapidement que jamais la nouvelle génération de iPhones sont suffisamment puissants pour interférer avec des appareils dont le rôle est de voir au fonctionnement normal du coeur, a récemment prévenu le géant informatique Apple.

Les cardiostimulateurs (pacemakers) et les défibrillateurs peuvent contenir des capteurs qui réagissent aux aimants qui s’en approchent, a précisé Apple. La compagnie recommande de maintenir une distance d’au moins 15 centimètres entre le téléphone et l’appareil cardiaque, voire 30 centimètres si le téléphone est rechargé sans fil.

«La série iPhone 12 a un aimant plus puissant que les anciens téléphones, pour être capable d’avoir une charge plus rapide, a expliqué le docteur François Philippon, de l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec. Vu que cet aimant-là est plus fort, il a un peu plus de potentiel pour interférer avec les défibrillateurs et les cardiostimulateurs.»

Les défibrillateurs et les cardiostimulateurs sont conçus pour pouvoir être désactivés temporairement avec un aimant, par exemple s’ils font défaut ou si le patient doit subir une intervention.

C’est ce qui risque de se produire, cette fois par inadvertance, si le patient place son téléphone dans sa poche de chemise ou dans sa poche de veston, trop près de son appareil cardiaque.

Dans le cas d’un défibrillateur qui aurait été accidentellement «éteint» de cette manière, l’appareil risquerait donc de ne pas intervenir si jamais le coeur s’emballait de manière dangereuse.

«Il y a eu un cas rapporté dans la littérature médicale où un iPhone 12 a été capable d’interagir lorsqu’il a été mis en contact direct avec le défibrillateur», a ajouté le docteur Philippon, qui préside le comité sur les appareils médicaux de la Société canadienne de rythmologie.

D’autres types de téléphones peuvent interférer avec ces appareils, et non seulement les iPhones, mais évidemment, «plus l’aimant est gros, plus la possibilité d’interférence peut être magnifiée», a-t-il ajouté.

Les médecins et les manufacturiers de téléphones ou d’appareils médicaux sont au fait de ce risque pratiquement depuis le premier jour, mais la puissance de l’aimant dont sont munis les iPhone 12 ramène le phénomène à l’avant-scène.

«C’est un rappel pour les patients qui ont ce genre d’appareil là qu’il faut faire attention, cette nouvelle génération-là est plus propice à causer de l’interférence parce que l’aimant est nettement plus puissant», a dit le docteur Philippon.

Laisser un commentaire