Les libéraux déposent une plainte contre des publicités illégales pro-armes à feu

OTTAWA — Les libéraux ont déposé une plainte concernant des publicités faites par l’Association des sports de tir du Canada en pleine campagne électorale fédérale.

Le candidat libéral Adam Vaughan a écrit mercredi au commissaire aux élections, Yves Côté, pour lui demander d’enquêter sur neuf vidéos, publiées en anglais et en mandarin sur Internet et produites par l’association. Elles appellent les propriétaires d’armes à feu à voter en les avertissant que leur droit de posséder des armes est menacé.

L’association affirme que ces mêmes publicités sont déjà diffusées sur deux réseaux de télévision.

Tout groupe de pression qui dépense plus de 500 $ en activités politiques au cours de la campagne doit s’inscrire en tant que tiers auprès d’Élections Canada, ce qui implique l’obligation de divulguer en détail ses sources de financement et la manière dont les sommes sont dépensées.

En date de mercredi, l’Association des sports de tir du Canada n’était pas enregistrée, alors que M. Vaughan fait remarquer qu’il semble assez clair qu’elle a dépensé bien plus de 500 $ pour produire ces vidéos.

De plus, il souligne que les publicités n’incluent pas la mention requise par la loi d’identifier qui a autorisé cette dépense.

Les vidéos portent toutes le même message, soit que les propriétaires d’armes à feu doivent voter le 21 octobre pour protéger leurs droits. Elles n’appuient ni ne s’opposent à aucun parti ou candidat en particulier, mais elles exhortent les propriétaires d’armes à «voter pour le candidat qui est le plus susceptible de défendre vos droits et non de vous retirer vos armes».

Dans l’une des vidéos, le directeur général de l’association, Tony Bernardo, déclare que cette élection marque «un tournant pour l’avenir de la possession d’armes à feu». Il ajoute: «Si cela vous fait peur, tant mieux. Parce que la menace est réelle.»

Dans une autre version, un autre dirigeant de l’association, l’ex-député conservateur Garry Breitkreuz, prétend que les élections de 2019 vont «déterminer si les Canadiens peuvent légalement posséder des armes à feu ou non».

Bien que le Parti libéral ne soit pas précisément mentionné dans les publicités, d’autres vidéos disponibles sur le site web de l’association identifient le PLC comme le parti que les amateurs d’armes considèrent comme une menace pour leurs droits.

Vendredi dernier, Justin Trudeau a annoncé qu’un gouvernement libéral réélu interdirait tous les fusils d’assaut de type militaire et donnerait aux municipalités le pouvoir de restreindre ou d’interdire les armes de poing si elles le souhaitent. Son gouvernement a étudié la question pendant des mois avant le déclenchement de la campagne.

Tony Bernardo soutient que son association ne croyait pas devoir s’enregistrer puisqu’il ne fait référence à aucun parti, mais il a confirmé que les démarches ont été entreprises et qu’un message précisant qui se trouve derrière les publicités sera ajouté.