Les membres de Québec solidaire se positionneront sur la laïcité

QUÉBEC — Les membres de Québec solidaire (QS) se positionneront samedi sur l’épineuse question de la laïcité et le co-porte-parole Gabriel Nadeau-Dubois a tenté de minimiser les divisions au sein du parti sur cette question.

Les membres seront réunis en Conseil national, en fin de semaine, à Québec, pour débattre notamment de cet enjeu.

Le parti défendait traditionnellement le «compromis Bouchard-Taylor» — l’interdiction du port de signes religieux chez les fonctionnaires en position de coercition — mais certains membres ont exprimé des réserves sur celui-ci.

Il songe donc à mettre à jour sa position, mais sur le fond, elle restera la même, a tenu à souligner M. Nadeau Dubois, vendredi, en mêlée de presse à la Tribune de la presse parlementaire. Car selon QS, la laïcité s’applique aux institutions et non aux individus; cette partie du programme ne changera pas et fait l’unanimité chez les membres, a-t-il insisté.

M. Nadeau-Dubois a souligné que les membres se prononceraient sur le port de signes religieux dans «trois ou quatre corps d’emplois»: les policiers, les juges, les gardiens de prison et les agents de la paix.

Il a admis malgré tout que le sujet avait provoqué des débats chez les membres et les députés de la formation politique.

Fin janvier, le député de Rosemont, Vincent Marissal, avait notamment affirmé qu’il n’était pas à l’aise avec l’idée que «quelqu’un ne puisse pas obtenir un job» en raison du port de signes religieux. Pour sa part, la députée de Mercier, Ruba Ghazal, s’est récemment prononcée en faveur du compromis Bouchard-Taylor.

«Le compromis Bouchard-Taylor existe-t-il encore? Je pense que c’est ça la grande question qu’il faut se poser en ce moment», a indiqué M. Nadeau-Dubois.

«À Québec solidaire, on est habitués d’avoir des débats, des débats importants qui peuvent être vifs, mais on fait rarement dans le psychodrame, dans le claquage de porte. Il n’y aura pas lundi de conférence de presse grandiloquente d’un député qui sort du caucus», a-t-il ajouté.

Québec solidaire s’oppose au projet de loi sur la laïcité déposé plus tôt cette semaine par le gouvernement Legault.

Le projet de loi 21 interdirait le port de signes religieux aux fonctionnaires en position d’autorité, mais les enseignants du primaire et du secondaire, ainsi que les directeurs d’école et les directeurs adjoints sont aussi visés.