Les ministères n’en font pas assez pour préserver les biens patrimoniaux

OTTAWA — Le vérificateur général a constaté que les trois ministères fédéraux responsables des biens patrimoniaux du Canada n’en font pas assez pour les préserver, ce qui signifie que les générations futures de Canadiens pourraient perdre «un pan important de l’histoire de leur pays».

Parcs Canada, le ministère des Pêches et des Océans et le ministère de la Défense nationale sont propriétaires de 70 pour cent de tous les édifices fédéraux désignés sites du patrimoine. Ils comprennent des phares, des manèges militaires et des bâtiments conservés en raison de l’importance de leur histoire.

En incluant le rapport présenté mardi, le vérificateur Michael Ferguson et son prédécesseur ont déposé trois audits depuis 2003 soulignant les préoccupations relatives aux efforts de conservation de ces propriétés. Le plus récent audit révèle que les mesures prises pour répondre à ces préoccupations «n’ont pas été à la hauteur des besoins».

Certains bâtiments ont des murs de brique qui tombent en ruine, pas de toit et sont couverts de graffitis, et certains risquent de s’effondrer, indique le rapport.

La vérification menée cette année a révélé que les trois ministères n’ont même pas la liste complète des bâtiments qu’ils possèdent, sans parler des moyens de surveiller l’état des bâtiments patrimoniaux.

Pendant ce temps, de nouveaux bâtiments sont acquis chaque année et les ressources ne sont pas toujours ajoutées pour assurer leur conservation.

Les plus populaires