Les ministres des Affaires étrangères du G7 témoignent de leur appui à l’Ukraine

MÜNSTER, Allemagne — Les plus hauts diplomates des principales démocraties industrialisées du monde ont témoigné vendredi de leur soutien à l’Ukraine dans sa résistance à l’invasion russe et ont fait part de leurs inquiétudes sur les ambitions de la Chine.

Les ministres des Affaires étrangères des pays du G7, dont la ministre canadienne Mélanie Joly, ont conclu deux jours de pourparlers dans la ville historique de Münster, dans l’ouest de l’Allemagne.

Dans une déclaration à venir, ils devaient affirmer leurs positions communes sur l’Ukraine, la Russie, la Chine et les développements récents en Iran et en Corée du Nord.

Un an après avoir averti la Russie des conséquences de l’invasion de l’Ukraine, les ministres du G7 devaient approuver de nouvelles sanctions contre le Kremlin et un soutien supplémentaire pour Kyiv et les pays touchés par les pénuries alimentaires et énergétiques que la guerre a exacerbées, ont déclaré des responsables.

Les ministres critiqueront également l’Iran pour avoir prétendument fourni des armes à la Russie et sa répression brutale contre les manifestants antigouvernementaux. Leur déclaration condamnera également la récente escalade de tensions en Asie causée par l’activité militaire nord-coréenne.

«En tant que collectif du G7, notre travail consiste à veiller à maintenir la paix, à ramener la paix également dans la région, et nous sommes là pour protéger ces normes internationales», a soutenu la ministre canadienne des Affaires étrangères, Mélanie Joly.

Un haut responsable américain a confié que le groupe avait fait preuve d’une unité «remarquable» sur pratiquement tous les enjeux majeurs, malgré des intérêts et des priorités nationaux souvent concurrents, en particulier en ce qui concerne le poids économique croissant de la Chine et ses ambitions mondiales.

Cependant, on ne sait toujours pas quelle influence le G7 exerce réellement. Ses avertissements au président russe Vladimir Poutine en décembre dernier de rester à l’extérieur de l’Ukraine sont restés lettre morte. Le dirigeant chinois Xi Jinping s’est rangé du côté de Moscou et va de l’avant avec des plans visant à réunifier Taiwan avec le continent par la force, si nécessaire.

Entre-temps, l’Iran a ignoré les appels à revenir à un accord nucléaire de 2015 avec les puissances mondiales, a commencé à fournir des armes pour aider la Russie dans la guerre en Ukraine et a lancé une répression majeure contre la dissidence nationale. De même, la Corée du Nord est passée outre les appels à reprendre les négociations nucléaires et a intensifié les lancements de missiles, augmentant les tensions et les craintes d’un conflit ouvert.

En Allemagne, beaucoup ont noté l’importance historique du lieu où se réunissaient les ministres du G7: la salle où les traités de Westphalie ont été signés en 1648, mettant fin à la sanglante guerre de Trente ans en Europe.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.