Les minorités sont désavantagées à l’embauche dans la fonction publique fédérale

OTTAWA — Un nouveau rapport indique que les Canadiens noirs et les gens de la plupart des autres groupes minoritaires sont moins souvent retenus que les autres Canadiens lors du processus d’embauche dans la fonction publique fédérale.

Le rapport de vérification sur la représentation des groupes visés par l’équité en matière d’emploi lors du recrutement dans la fonction publique semble donner des munitions au gouvernement libéral de Justin Trudeau, qui souhaite modifier la loi pour améliorer la diversité dans les ministères et agences.

Les résultats de la vérification, publiés jeudi par la Commission de la fonction publique, montrent que dans le cadre du processus de recrutement, la plupart des groupes visés par l’équité en matière d’emploi ne maintenaient pas une «représentation proportionnelle» comparativement à leur taux de demande d’emploi. 

Les femmes ont été le seul groupe à connaître une augmentation de leur taux effectif de représentation depuis l’étape de la demande d’emploi jusqu’à celle de l’embauche, note le rapport de vérification. 

Le taux de représentation des Autochtones, des membres des minorités visibles et des personnes en situation de handicap a diminué à différentes étapes du processus de recrutement dans la fonction publique fédérale.

Et le «sous-groupe» des candidats noirs a été le plus susceptible d’être exclu du processus d’embauche que les autres groupes de minorités visibles pendant les étapes.

«Préjugés inconscients» 

La vérification a porté sur 15 285 demandes d’emploi présentées dans le cadre de 181 processus publics de nomination provenant de 30 ministères et organismes fédéraux. Les évaluateurs ont examiné la représentation des groupes visés par l’équité en matière d’emploi sur les cinq étapes d’embauche, de la demande d’emploi initiale jusqu’à la nomination des candidats.

On ne sait pas, par contre, si les demandeurs d’emploi résidaient dans la région de la capitale nationale ou ailleurs au Canada, et on ne sait rien non plus de la formation des candidats.

Le Secrétariat du Conseil du Trésor songe à modifier la Loi sur l’emploi dans la fonction publique et la Loi sur l’équité en matière d’emploi, afin d’éliminer les obstacles à une plus grande diversité dans la main-d’oeuvre fédérale.

La Commission de la fonction publique, un organisme indépendant du gouvernement, qui relève du Parlement, recommande aux ministères et agences de revoir leurs propres processus et pratiques d’embauche afin d’identifier et d’éliminer les obstacles dans les quatre groupes visés par l’équité en matière d’emploi: les femmes, les Autochtones, les personnes issues des minorités visibles et celles en situation de handicap.

La Commission a aussi indiqué qu’elle révisera ses propres pratiques de recrutement et presse les ministères à exiger une formation sur les «préjugés inconscients» pour les gestionnaires d’embauche.

Laisser un commentaire