Les Mohawks attendront avant de démanteler la barricade à Kahnawake

Les militants autochtones ont décidé de maintenir pour l’instant l’occupation de la voie ferroviaire traversant le territoire mohawk de Kahnawake, au sud de Montréal, a indiqué le secrétaire de la nation mohawk de Kahnawake.

Kenneth Deer a dit que ces Mohawks voulaient obtenir plus de précisions au sujet de l’accord de principe intervenu entre des chefs héréditaires wet’suwet’en et des représentants des gouvernements canadiens et de la Colombie-Britannique avant de prendre une décision finale.

«C’est une grosse décision que de démanteler ou non une barricade. Ils veulent s’assurer d’avoir tous les détails de l’entente avant de prendre cette décision», a-t-il déclaré devant l’entrée menant à la barricade, près d’une tente au sommet de laquelle flotte du drapeau mohawk et d’un abri en bois protégé par des barrières de béton.

M. Deer, qui dit avoir été en contact avec les chefs héréditaires wet’suwet’en, souligne que la rencontre en Colombie-Britannique avait permis d’obtenir de bons résultats, ajoutant toutefois une mise en garde: «certaines choses qui en sont sorties n’étaient pas si bonnes».

Selon lui, l’accord comprend une reconnaissance des chefs héréditaires, ce qu’il a qualifié de «significatif», et une discussion sur qui doit être considéré comme les gardiens du territoire.

«Cependant, la question du gazoduc n’a pas été résolue. Cela reste un très gros problème, pas seulement pour les chefs wet’suwet’en, mais aussi pour tout le monde», a souligné M. Deer.

Des membres de la communauté mohawk de Kahnawake ont installé le 12 février une barricade improvisée afin de bloquer le chemin de fer du CP. Cette barricade a été renforcée à la suite de l’intervention de la Police provinciale de l’Ontario du 24 février pour démanteler celle qui avait été érigée sur le territoire mohawk de Tyedinaga, en Ontario.

Les trains de banlieue de la ligne exo4 qui relie Candiac et le centre-ville de Montréal ne pourront toujours pas circuler et les usagers devront continuer de se rabattre sur des navettes par autobus mises en place pour assurer le service. Du côté des marchandises, le Canadien Pacifique avait fait valoir jeudi dans un courriel à La Presse canadienne que «cette barricade a coupé des liens ferroviaires vitaux vers les provinces atlantiques et les États-Unis».

Les plus populaires