Les municipalités se préparent pour les inondations en pleine pandémie

OTTAWA — Les derniers printemps ont été éprouvants pour la petite municipalité rurale de Pontiac, en Outaouais, et celui-ci pourrait ne pas faire exception.

Depuis deux ans, la municipalité de quelque 6000 âmes a dû affronter pas moins de cinq catastrophes naturelles.

En plus des inondations printanières, des microrafales ont ravagé des maisons, des routes et des ponceaux. L’an dernier, le passage d’une tornade a ajouté la cerise (non désirée) sur le sundae.

«Notre petite municipalité est devenue experte en gestion de crise», affirme la mairesse de Pontiac Joanne Labadie.

Mais rien n’aurait pu la préparer à la possibilité de devoir se défendre contre une nouvelle inondation saisonnière en plein coeur d’une pandémie mondiale, reconnaît-elle.

Malgré tout, la collectivité se prépare du mieux qu’elle peut.

«Le défi de devoir gérer une inondation en plus de la complexité de la crise de la COVID-19 est immense», note la mairesse.

Pontiac compte parmi les dizaines de régions vulnérables aux inondations qui doivent se prémunir contre la montée des eaux tout en gérant la propagation du nouveau coronavirus.

Tout juste de l’autre côté de la frontière ontarienne, la communauté métropolitaine d’Ottawa vit les mêmes inquiétudes.

Si les postes d’observation sont bien en place particulièrement dans les zones les plus à risque, les prévisions semblent plutôt favorables jusqu’ici.

Les autorités demeurent tout de même sur leurs gardes et se préparent pour le pire puisque les prévisions météorologiques peuvent changer drastiquement en un rien de temps.

Évacuation sans contagion

Ce qui complique grandement l’organisation des mesures d’urgence en temps de pandémie d’une maladie hautement contagieuse comme la COVID-19, c’est l’évacuation des sinistrés.

L’aménagement de centres d’évacuation comme on en a l’habitude est tout simplement impensable. Ces immenses refuges qui rassemblent un grand nombre de personnes seraient des nids de contagion.

La ministre de la Sécurité publique du Québec, Geneviève Guilbault confirme que la pandémie actuelle transforme la manière dont la sécurité civile doit procéder.

Elle prévient que le gouvernement ne sera pas en mesure d’accueillir des milliers de personnes évacuées dans des refuges d’urgence.

L’an dernier, la municipalité de Pontiac avait été forcée d’évacuer une résidence de personnes âgées. Cette année, elle a bien averti ses citoyens qu’ils ont la responsabilité de trouver un lieu sûr où se réfugier en cas d’urgence.

Ottawa s’était appuyé sur une petite armée de 15 000 bénévoles pour ériger des digues de sacs de sable afin de protéger les résidences contre la crue des eaux.

Toutefois, les consignes d’éloignement de la santé publique pour prévenir la contagion du virus rendent cet exercice pratiquement impossible à répéter.

L’administration ottavienne ne cache pas que l’organisation des mesures d’urgence représente un mandat difficile.

La Ville a d’ailleurs mobilisé deux équipes différentes pour s’attaquer aux deux crises sanitaire et environnementale. Le plan d’urgence pour répondre aux possibles inondations est aussi adapté pour respecter les consignes de prévention contre le coronavirus.

Idéalement, la nature offrirait un printemps de répit aux abonnés des débordements saisonniers. Les prévisions actuelles laissent croire en une année clémente.

«Tout ce qu’on peut faire c’est d’espérer une sécheresse cette année», laisse tomber la mairesse de Pontiac.