Les «nationalistes blancs» et «séparatistes blancs» sont bannis de Facebook

SAN FRANCISCO — Facebook étend son interdiction des discours haineux à toute promotion du «nationalisme blanc» ou du «séparatisme blanc».

Le géant des réseaux sociaux autorisait jusqu’ici ce type de matériel, même s’il bannissait depuis longtemps les «suprémacistes blancs» de sa plateforme.

Le réseau social a expliqué qu’il n’avait pas interdit jusqu’à maintenant les expressions du «nationalisme blanc», car il reliait ces discours à des concepts plus larges de «nationalisme» et de «séparatisme», comme la fierté américaine ou le séparatisme basque, par exemple, qui sont toujours autorisés.

Mais des groupes de défense des droits civils et des universitaires ont critiqué ce point de vue et ont exercé des pressions sur Facebook pour qu’elle corrige le tir.

L’entreprise a finalement annoncé mercredi qu’après des mois de discussions avec ces critiques, elle avait conclu que le «nationalisme blanc» et le «séparatisme blanc» ne sauraient être distingués de manière nette de la «suprématie blanche» et des groupes haineux organisés.

Les plus populaires