Les négociations sont suspendues pour 55 000 travailleurs de l’éducation en Ontario

TORONTO — Le syndicat qui représente 55 000 travailleurs de l’éducation en Ontario affirme que presque aucun progrès n’a été réalisé au cours des trois jours de négociations avec le gouvernement cette semaine, et que les pourparlers reprendront deux jours seulement avant que ces syndiqués ne soient en position de grève légale le 3 novembre.

Le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) a déclaré mercredi que le médiateur qui participait aux négociations depuis lundi a conclu que les deux parties étaient trop éloignées et que les pourparlers devraient être ajournés. Les parties doivent revenir à la table de négociations le 1er novembre, pour une durée indéterminée.

Les travailleurs de l’éducation représentés par le SCFP seront en position de grève légale à compter du 3 novembre. Laura Walton, présidente du Conseil des syndicats des conseils scolaires de l’Ontario, affilié au SCFP, affirme qu’il est «très possible» qu’ils déclenchent dès le départ une grève générale, au lieu de commencer par une grève du zèle.

Mme Walton a déclaré que lors de négociations précédentes, le simple recours à la grève du zèle n’avait pas exercé suffisamment de pression sur l’employeur. Elle rappelle aussi que lors des dernières négociations, en 2019, le SCFP et le gouvernement avaient conclu une entente de dernière heure la veille du débrayage annoncé.

Le ministre de l’Éducation, Stephen Lecce, affirme que le SCFP «essaie de perturber l’apprentissage en classe en refusant de faire des compromis» sur ce qu’il qualifie de demandes déraisonnables.

Le SCFP demande des augmentations de salaire annuelles de 11,7 % pour ses membres, comme les concierges, les éducatrices en garderies et le personnel administratif. Le gouvernement a offert des augmentations de 2 % par année pour les travailleurs gagnant moins de 40 000 $ et de 1,25 % pour tous les autres.

Le Conseil des syndicats des conseils scolaires de l’Ontario regroupe 55 000 travailleurs des systèmes scolaires publics, catholiques, anglophones et francophones.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.