Les négos se poursuivent, mais la menace de grève dans les CPE reste, dit la CSN

MONTRÉAL — Les négociations vont se poursuivre entre Québec et les travailleuses de 400 centres de la petite enfance (CPE), mais une menace de grève plane toujours pour lundi prochain, a indiqué la Confédération des syndicats nationaux (CSN).

Par communiqué, mercredi soir, la CSN a fait état de la conclusion de deux journées d’«échanges» entre le comité national de négociation des 11 000 travailleuses en CPE et le ministère de la Famille et les associations patronales.

Toutefois, l’état d’avancement des pourparlers ne «justifie pas de suspendre ou d’annuler la grève du 30 octobre tel qu’annoncé en début de semaine», selon l’organisation syndicale.

La CSN a indiqué que le mot d’ordre de grève était maintenu.

Une grève d’un jour pourrait être organisée, lundi, dans 400 CPE où oeuvrent des travailleuses syndiquées à la CSN.

Mardi, la CSN avait indiqué qu’advenant l’échec des pourparlers, le comité national de négociation pourrait annoncer cinq autres journées de grève.

Le vice-président des secteurs privés à la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN), Dany Lacasse, avait déploré la lenteur des négociations, soulignant que la convention collective est échue depuis plus de deux ans.

La CSN précisait qu’il y avait eu une trentaine de rencontres ayant permis de régler la plupart des conditions de travail non pécuniaires. Cependant, les discussions se poursuivraient sur des enjeux liés à la mission même des CPE.